La FAO préconise la plantation d'arbres pour lutter contre la pauvreté

30 juin 2004

Planter des arbres présente des intérêts multiples, a fait valoir un envoyé de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture lors du premier Congrès mondial sur l'agroforesterie. Pour les paysans pauvres, c'est un moyen d'améliorer leur alimentation, d'augmenter leurs revenus et de lutter contre la dégradation des terres.

"La sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles est de plus en plus menacée par les variations climatiques extrêmes, la pression démographique et des systèmes agricoles inappropriés", a souligné notamment M. Hosny El Lakany, Sous-Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) , qui s'exprimait lors premier Congrès mondial sur l'agroforesterie qui a lieu du 27 juin au 2 juillet 2004 à Orlando, en Floride.

Les arbres plantés dans les petites exploitations agricoles sont des alliés précieux pour les ruraux pauvres qui souffrent de sous-alimentation chronique, indique la FAO dans un communiqué publié aujourd'hui. Outre le fait qu'ils améliorent la fertilité des sols, ils procurent aux petits paysans des aliments particulièrement bienvenus en période de « soudure ».

Les arbres fournissent essentiellement le bois d'œuvre qui est une source importante de revenus. Ils fournissent aussi le bois de chauffe qui est utilisé comme combustible par plus de 2 milliards de personnes dans le monde.

La FAO rappelle que quelque 75% des pauvres de la planète soit 1,2 milliard de personnes, vivent en milieu rural. La plupart dépendent de la petite agriculture et des ressources naturelles pour s'alimenter, se soigner et se procurer des revenus.

Beaucoup de paysans pauvres vivent dans les zones arides ou montagneuses reculées de l'Asie et de l'Afrique. Au cours des deux dernières décennies, poussés par la double nécessité de produire davantage et d'améliorer leurs conditions de vie, les petits paysans ont surexploité des écosystèmes fragiles.

Cela a entraîné une dégradation généralisée des terres et une baisse de la fertilité des sols. La pénurie de ressources n'a fait qu'exacerber la pauvreté et les conflits. Plus de 60 pour cent des terres dégradées se trouvent en Asie et en Afrique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.