Le meurtre du journaliste bangladeshi, Humayun Kabir Balu, condamné par l'UNESCO

30 juin 2004

Le directeur général de l'UNESCO, l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture, a condamné aujourd'hui l'assassinat du journaliste bangladeshi, Humayun Kabir Balu, victime le 24 juin d'un attentat à la bombe dans la ville de Khulna.

Directeur du quotidien régional Dainik Janmabhumi, Humayun Kabir Balu a été la cible de trois bombes lancées par des inconnus alors qu'il sortait de son véhicule devant les bureaux du Dainik Janmabhumi. Président du Club de la presse de Khulna, il dénonçait les menaces permanentes émanant de mouvements d'extrême gauche devenus, selon lui, de véritables organisations mafieuses.

« Je suis très préoccupé par ce meurtre qui intervient moins de six mois après celui de Manik Shaha, correspondent du quotidien New Age et du BBC World Service dans la même ville de Khulna » déclare dans un communiqué publié aujourd'hui le directeur général de l'Organisation pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, tout en condamnant cet assassinat.

« La démocratie a besoin de la liberté d'expression mais la liberté d'expression n'est rien sans l'Etat de droit », a ajouté M. Matsuura. « Quand des bandes armées et des criminels de toutes sortes s'en prennent impunément aux journalistes, ceux-ci ne peuvent plus exercer leur métier essentiel à la démocratie », a-t-il ajouté.

Le chef de l'UNESCO a également indiqué qu'il « comptait sur les autorités du Bangladesh pour enquêter sur ce meurtre et punir les coupables. »

Seul le succès d'une telle enquête peut, selon lui, améliorer la sécurité des professionnels des médias.

Selon Reporters sans frontières, au moins quatorze journalistes ont été tués au cours des dix dernières années dans le sud et le sud-ouest du Bangladesh.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.