Elections en Afghanistan : l'ONU procède à la vérification du respect des droits politiques

24 juin 2004

La Mission de l'ONU en Afghanistan procède à la vérification des droits politiques en vue des élections tandis que se poursuit la principale phase du programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR). De son côté, l'UNICEF lance un programme pour la réinsertion des enfants soldats.

« Le Dr Seema Sama, Président de la Commission indépendante des droits de l'homme pour l'Afghanistan, ainsi que Jean Arnault, Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, ont lancé mercredi une campagne pour la vérification des droits politiques en vue des élections », a déclaré jeudi Manoel de Almeida e Silva, porte-parole de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

« La campagne se concentrera sur l'observation de quatre droits : la liberté d'opinion, d'expression et d'information ; le droit de se réunir ; la liberté de circulation et la liberté de s'assembler. Ce faisant, elle examinera l'application de trois principes : la non-discrimination, la non-intimidation, et non-partialité », précise la MANUA.

Les premiers résultats de cette étude, menée à la demande du Gouvernement afghan qui s'est engagé à mettre en place un environnement adéquat en vue des élections, seront connus à la mi-juillet.

Par ailleurs, « 9 500 officiers et soldats ont été désarmés, et 7 000 armes collectées », a déclaré le porte-parole de la MANUA, précisant que le programme lancé le 21 juin à Djalalabad devrait s'étendre aux villes de Herat et de Bamiyan d'ici au début juillet. « Près de 8 205 de ces officiers ont été démobilisés et 7 656 ont commencé ou sont sur le point de commencer leur programme de réinsertion. »

Le nombre total de personnel désarmé au cours de cette phase principale s'élève à présent à 3 313 soldats, provenant de 30 unités militaires. Près de 2 100 d'entre eux ont été démobilisés et 1 140 ont commencé leurs activités de réinsertion dans la vie civile.

Le Programme « Nouveau départ pour l'Afghanistan », un programme commun de la MANUA et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a reçu du Ministère de la défense une liste des officiers et soldats devant être désarmés, qui contient 21 218 noms, dont 9 961 ont déjà été vérifiés, indique la MANUA, « ce qui est une très bonne indication du fait que le programme de DDR pourra s'étendre à de nouvelles zones très prochainement ».

Manoel de Almeida e Silva a souligné que le processus de vérification « était très complexe », et que le plus important était que « tous les commandants, quel que soit leur niveau, doivent coopérer, participer, et s'engager pleinement au processus de DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion) ». Il a aussi rappelé que l'objectif était de parvenir à 60% de démobilisation avant les élections.

Parallèlement, un programme du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), en collaboration avec des organisations non gouvernementales et les communautés locales sur le terrain, a permis de démobiliser 2 203 enfants depuis février, dans huit provinces du pays. « La majorité des enfants démobilisés, tous des garçons, est âgée de 14 à 18 ans », indique l'UNICEF.

Ce programme, actif à Kunduz, Badakshan, Takhar, Baghlan, Bamyan, Laghman, Nangarhar et dans la province du Nuristan (carte), est divisé en deux phase. « Tout d'abord, les enfants sont évalués, puis immatriculés et reçoivent un examen médical ; puis ils se voient offrir des opportunités alternatives durables à la vie militaire, comprenant l'éducation et des formations à un métier », précise la MANUA. Selon le porte-parole, « 76 % des enfants démobilisés n'ont reçu aucune éducation scolaire ».

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.