La FAO aide la Syrie à améliorer son système sanitaire pour préserver les exportations

24 juin 2004

Le système phytosanitaire de la Syrie a besoin d'être modernisé pour empêcher l'introduction de ravageurs et sauvegarder ses importations et ses exportations agricoles, souligne, jeudi dans un communiqué, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« La Syrie doit actualiser son système sanitaire et phytosanitaire pour pouvoir participer pleinement aux échanges mondiaux tout en protégeant ses propres ressources », a déclaré Mahmoud Solh, Directeur de la Division de la production végétale et de la protection des plantes à la FAO, cité dans le communiqué. « La FAO travaillera avec les institutions syriennes compétentes afin d'améliorer leur système national pour la surveillance des ravageurs, l'inspection et la certification des plantes et des produits exportés et importés », a-t-il ajouté.

Les principales cultures d'exportation du pays sont le blé, l'orge, le coton, les pois chiches, le tabac, les figues et les abricots secs, les mange-tout et les pommes de terre. Les exportations s'élevaient à environ 1,4 million de tonnes en 2002.

Les importations sont essentiellement le riz, les agrumes, les pommes, le mais, les dattes, le bois d'œuvre, les légumes, le café et le thé. Les importations en 2002 s'établissaient à quelque 2,3 millions de tonnes.

Outre la mise à jour de la législation, quelque 20 cadres et 25 inspecteurs seront formés dans le cadre du projet de la FAO, dans le but de renforcer les capacités techniques en termes d'équipement de base pour l'inspection et la détection des ravageurs aux principaux ports d'entrée dans le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.