Kofi Annan réaffirme sa préoccupation face à la résurgence de la violence en Afrique centrale

Kofi Annan réaffirme sa préoccupation face à la résurgence de la violence en Afrique centrale

Kofi Annan
Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a redit, jeudi, lors d'une réunion ministérielle du Comité consultatif de l'ONU chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, à Malabo, en Guinée équatoriale, sa préoccupation face à la résurgence de la violence dans certaines régions, comme en République démocratique du Congo (RDC) ou au Soudan.

En dépit de progrès constatés en Angola, en République centrafricaine, au Rwanda, « la situation politique, sécuritaire et socio-économique en Afrique centrale demeure préoccupante du fait de la persistance de conflits meurtriers et des conséquences désastreuses de crises antérieures », souligne Kofi Annan, dans un message lu par le Général Lamine Cissé, Représentant du Secrétaire général en République centrafricaine.

« Je suis particulièrement préoccupé par la résurgence de la violence armée dans l'est de la République démocratique du Congo », affirme le Secrétaire général, qui « condamne à nouveau fermement ce genre de dérive qui constitue une atteinte grave au processus de paix ». Kofi Annan exhorte en outre « toutes les parties représentées dans le Gouvernement de transition à rester pleinement engagées dans le processus de paix, et à s'abstenir de toute action qui pourrait mettre en danger l'unité du gouvernement ».

Dans son message, le Secrétaire général exprime « les vives préoccupations de la communauté internationale face aux récentes tentatives de coup d'Etat et de déstabilisation en République démocratique du Congo et ici même, en Guinée Equatoriale, et face à la mutinerie déclenchée au Tchad en mai dernier ». « L'impact de la crise du Darfour sur le Tchad est également une source de préoccupation », estime-t-il, ajoutant que « dans plusieurs autres pays de la sous-région, il faut intensifier les efforts en vue de renforcer la stabilité et de consolider une paix qui reste fragile ».

Le Comité consultatif des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale, dont la 21e réunion ministérielle se tient jusqu'à vendredi à Malabo, a été créé par le Secrétaire général le 28 mai 1992.

Il évalue ses relations avec le Conseil pour la paix et la sécurité en Afrique centrale dans le but d'harmoniser leurs programmes de travail respectifs. Il passe également en revue la situation géopolitique et de sécurité dans des pays tels que le Burundi, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale et Sao Tomé-et-Principe.

---