Développement : ouverture à Sao Paulo des travaux de la CNUCED XI

14 juin 2004

Chefs d'Etat et Ministres des 192 Etats membres de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont entamé les travaux de leur onzième session quadriennale, lundi, à Sao Paulo, ville qui, selon le Président du pays hôte, Luiz Inacio Lula da Silva, illustre « toutes les contradictions sociales qui incitent à renforcer la lutte contre la pauvreté et la coopération en faveur du développement ».

Chefs d'Etat et Ministres des 192 Etats membres de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont entamé les travaux de leur onzième session quadriennale, lundi, à Sao Paulo, ville qui, selon le Président du pays hôte, Luiz Inacio Lula da Silva, illustre « toutes les contradictions sociales qui incitent à renforcer la lutte contre la pauvreté et la coopération en faveur du développement ».

Sans la CNUCED, « le débat sur le développement aurait été moins riche, et les peuples du monde bien plus pauvres », a affirmé, dans son discours

d'ouverture, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. La CNUCED, qui célèbre cette année ses 40 ans, tient sa onzième session « au bon moment », a-t-il ajouté, en soulignant que « ce qui manque aujourd'hui ce n'est pas tant les moyens d'élever le niveau de vie partout dans le monde mais bien au contraire la cohérence ».

« Le renforcement de la cohérence entre les stratégies nationales de développement et les processus économiques dans le monde afin de favoriser la croissance économique et le développement » est précisément le thème choisi par cette CNUCED XI, qui doit s'achever le 18 juin prochain.

La CNUCED (192 Etats membres) est la principale institution du système des Nations Unies pour le traitement intégré des questions relatives au commerce, au financement, à l´investissement et à la technologie. Son organe directeur, la Conférence, se réunit au niveau ministériel tous les quatre ans pour définir les priorités et les principes d'action de l'organisation.

La cohérence exige le renforcement des relations commerciales Sud-Sud, a estimé Kofi Annan, pour qui la division par deux des tarifs douaniers pratiqués entre pays en développement augmenterait la valeur des échanges de 15,5 milliards de dollars.

« S'il n'y a pas de garantie que la coopération Sud-Sud marche mieux que les relations entre pays du Sud et pays du Nord, nous devons cependant reconnaître que le vieux jeu auquel on nous a habitué ne fonctionne pas de manière équitable », a renchéri, de son côté, le Premier ministre thaïlandais, Thaksin Shinawatra, au titre de représentant du pays hôte de la CNUCED X, en 2000. « Il est injuste que chaque fois que le Sud se trouve en position de marquer des points, on change les règles du jeu ».

Pour le Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, il faut donc « une nouvelle géographie du commerce mondial ».

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.