Le PNUD aide la Guinée à intensifier la lutte contre le VIH/sida

Le PNUD aide la Guinée à intensifier la lutte contre le VIH/sida

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aide à forger des partenariats en Guinée et appuie la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le VIH/sida, mais, souligne-t-il dans un communiqué, une étude récente signale que l'inversion de tendance de l'épidémie exigera une pleine mobilisation.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aide à forger des partenariats en Guinée et appuie la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le VIH/sida, mais, souligne-t-il dans un communiqué, une étude récente signale que l'inversion de tendance de l'épidémie exigera une pleine mobilisation.

L'aide du PNUD se manifeste par un soutien au Gouvernement guinéen à renforcer ses capacités en formant du personnel, en améliorant la planification stratégique et en intensifiant les activités de plaidoyer et de sensibilisation.

« Dans le cadre de son programme régional de lutte contre le VIH/sida, le PNUD a dispensé une formation à plus de 150 membres du personnel clés au cours des deux dernières années », affirme-t-il dans son communiqué. « Les bénéficiaires sont des points focaux pour le VIH/sida du Comité national de lutte contre le sida (CNLS), des forces armées, des services ministériels et des organisations de la société civile, et des professeurs et des lecteurs des universités de Conakry et de Kankan ».

Une étude de l'impact socioéconomique de la maladie, financée par le PNUD et l'Institut IDEA International du Canada, a constaté que le taux d'incidence dans le groupe d'âge de 15 à 49 ans avait pratiquement doublé, étant passé de 1,5% à 2,8%, de 1996 à 2001. Selon les projections, ce taux pourrait dépasser 6% d'ici 2015 à moins que tous les secteurs de la société ne passent à l'action.

Si rien n'est fait, le VIH/sida pourrait imposer de lourdes pressions au système de santé, avertissent les auteurs de l'étude. L'épidémie pourrait également provoquer une augmentation du taux de pauvreté de 6,5% d'ici cette même date.

Faute d'une campagne nationale renforcée, la Guinée ne pourra pas atteindre le sixième Objectif du Millénaire pour le développement, celui qui consiste à stopper et à commencer à inverser la tendance actuelle en matière de propagation du VIH/sida d'ici 2015, signalent les auteurs du rapport. La maladie met également en cause les efforts visant à réduire la pauvreté et de moitié et à atteindre les autres objectifs.

« Le Gouvernement fait preuve d'une grande détermination dans la lutte contre l'épidémie », observent les auteurs du rapport, mais, ajoutent-il, « doit faire encore bien davantage pour intensifier les efforts dans tous les secteurs ». Ils attirent notamment l'attention sur le « large manque de sensibilisation à la santé sexuelle et en matière de reproduction, sur l'ignorance et le déni des réalités du VIH/sida, sur la résistance, en particulier des jeunes, à l'utilisation des préservatifs, sur les risques de la précocité des rapports sexuels chez les filles et sur la persistance de certaines pratiques traditionnelles néfastes ».