Côte d'Ivoire : le Conseil demande que les auteurs de violation des droits de l'homme rendent des comptes

14 mai 2004
Le Président du Conseil de sécurité, Munir Akram

Les membres du Conseil de sécurité, qui ont pris connaissance ce matin du rapport du Haut Commissariat aux droits de l'homme sur les violations commises à Abidjan lors des manifestations des 25 et 26 mars derniers, ont exprimé leur détermination à faire rendre des comptes aux auteurs de violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire.

Après des consultations à huis clos au cours desquelles le Haut Commissaire aux droits de l'homme par intérim, Bertran Ramcharan, a présenté le rapport établi par la mission chargée d'enquêter sur les événements de la mi-mars à Abidjan, le Conseil, par la voix de son Président, l'ambassadeur du Pakistan Munir Akram, a indiqué avoir pris note de ce rapport avec intérêt et préoccupation et entendre lui donner suite.

« Les membres du Conseil de sécurité condamnent fermement les violations des droits de l'homme, a déclaré M. Akram en leur nom.

« Ils relèvent que la lutte contre l'impunité est un élément important de la sortie de la crise en Côte d'Ivoire et demandent instamment à ce que les auteurs des violations des droits de l'homme, en particulier celles commises à Abidjan les 25 et 26 mars, rendent des comptes ».

Ils se félicitent, a-t-il ajouté, de l'intention du Haut Commissariat aux droits de l'homme d'établir une commission d'enquête internationale qui examinera l'ensemble des événements depuis septembre 2002, et demandent à ce que l'enquête à venir du Haut Commissariat aux droits de l'homme bénéficie de tout l'appui nécessaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.