R.D.du Congo : le chef de la Mission salue l'accord sur l'administration territoriale

25 mars 2004

Le chef de la Mission de l'ONU en République Démocratique du Congo (RDC), qui se rend aujourd'hui au Burundi, a félicité le gouvernement pour l'accord conclu mardi par le gouvernement sur la mise en place de l'administration territoriale et l'a qualifié de « pas positif dans la bonne direction ».

La mise en place de ce que l'on nomme en RDC la Territoriale, à savoir l'administration des provinces, et surtout l'attribution des postes de Gouverneurs et de Vice-Gouverneurs, a donné lieu à des tractations entre les différentes composantes du Gouvernement. L'annonce de l'accord a été saluée par le Représentant spécial pour la RDC et chef de la Mission dans le pays, William Lacy Swing, a indiqué hier le porte-parole de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC), Hamadoun Touré, au cours de son point avec la presse.

Le Représentant spécial a salué également la nomination de l'équipe chargée de coordonner le programme de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) des groupes armés congolais, a indiqué le Porte-parole.

M. Touré a par ailleurs annoncé que le chef de la MONUC quittait Kinshasa aujourd'hui pour Bujumbura, la capitale du Burundi, où il s'entretiendra avec les autorités de ce pays. « Cette visite entre dans le cadre de ses contacts réguliers avec les leaders régionaux qui ont un rôle à jouer dans le processus de paix en RDC », a-t-il précisé.

Au plan de la sécurité, il a également indiqué que le calme revenait progressivement en Ituri et qu'il fallait y voir l'effet de l'action de la Brigade de la MONUC dans la région. A la faveur de ce retour à la normale, près de 6000 personnes qui avaient fui les localités de Fataki, Kasenyi et Tchomia, s'apprêtent à quitter Bunia pour leurs localités d'origine, indique le communiqué de la MONUC.

Répondant à une question alléguant que la MONUC commettrait des exactions sur les populations civiles en Ituri, M. Touré a une fois de plus réaffirmé que, jamais, la Monuc ne s'écarterait de sa mission de protection des populations et de leurs biens.

Le Porte-parole de la MONUC a également fait le point sur les opérations de Désarmement-réinsertion des groupes armés étrangers. A la date du 23 mars, ils étaient 9775 ex-combattants rwandais, ougandais, burundais et leurs dépendants à avoir rejoint leur pays respectif.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.