Les institutions de l'ONU alertent sur l'augmentation du sida en Europe

Les institutions de l'ONU alertent sur l'augmentation du sida en Europe

media:entermedia_image:c8a94a19-c9cd-4c79-aadc-3896c5e0e7d9
Les principales institutions du système des Nations Unies lancent aux ministres européens un appel pour qu'ils prennent d'urgence des mesures décisives afin de prévenir une nouvelle propagation du sida dans l'Europe entière, les avertissant qu'il se développe rapidement en Europe orientale et que le nombre d'infections augmente à nouveau en Europe occidentale.

Les principales institutions du système des Nations Unies lancent aux ministres européens un appel pour qu'ils prennent d'urgence des mesures décisives afin de prévenir une nouvelle propagation du sida dans l'Europe entière, les avertissant qu'il se développe rapidement en Europe orientale et que le nombre d'infections augmente à nouveau en Europe occidentale.

Que ce soit parce que les programmes intégrés de prévention et de traitement n'ont pas été maintenus ou parce qu'ils n'existent tout simplement pas, le fait est que l'épidémie qui se propage plus rapidement dans les pays d'Europe orientale partout ailleurs dans le monde sera bientôt aux frontières de l'Union européenne à partir de l'élargissement de celle-ci le 1er mai 2004, indique aujourd'hui un communiqué émanant de l'Organisation mondiale de la santé, de la Banque mondiale et du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

« L'Europe et l'Asie centrale sont au coeur d'une épidémie de VIH qui progresse plus rapidement que partout ailleurs dans le monde. Il n'y a pas de temps à perdre : les ministres européens doivent d'urgence renforcer et adapter leurs programmes de prévention et de traitement. L'Union européenne formera le bloc commercial le plus important de la planète regroupant plus de 500 millions de personnes ; il est donc dans son intérêt d'éviter que l'épidémie ne vienne affaiblir le développement socio-économique de l'Europe », indique Peter Piot, le directeur exécutif de l'ONUSIDA.

Si la plus grande partie de la population de l'Europe occidentale a désormais accès à un traitement gratuit dans le cadre des systèmes nationaux de santé, beaucoup de gouvernements n'ont pas mis sur la prévention le même accent que pendant les années 90. Les taux d'infection recommencent à augmenter, indique le communiqué.

Quant à l'Europe orientale et l'Asie centrale, plus de 1,5 million de personnes y vivent avec le VIH alors qu'elles n'étaient que 30 000 en 1995.