La prévention des catastrophes naturelles pourrait sauver des millions de vies, selon un rapport de l'ONU

3 février 2004

Selon un rapport que vient de publier le PNUD, le Programme de l'ONU pour le développement, des millions de vies pourraient être sauvées dans les prochaines décennies si les pays en développement s'attachaient davantage à anticiper et réduire le risque de catastrophes naturelles.

« Ce rapport avance que ces catastrophes n'ont rien de naturel », explique Andrew Maskrey, co-auteur du document et chef de l'Unité du PNUD à Genève pour la réduction des catastrophes naturelles. Il est possible de réduire considérablement l'impact de ces catastrophes, à condition que les gouvernements prennent des mesures pour atténuer le risque avant qu'une catastrophe ne survienne, au lieu d'agir dans l'urgence après coup.

Selon les experts des Nations Unies, ce rapport intitulé « La réduction des risques de catastrophes : Un défi pour le développement », constitue l'état des lieux le plus complet jamais publié sur les tendances mondiales en terme d'exposition aux catastrophes naturelles, des risques et de vulnérabilité qui y sont associés.

Entre 1980 et 2000, environ 1,5 million de personnes ont trouvé la mort au cours d'un séisme, d'une éruption volcanique, d'un cyclone tropical, d´une inondation, d'une période de sécheresse ou d'une autre « catastrophe naturelle », indique un communiqué de l'agence.

La notion de réduction des catastrophes naturelles est désormais une composante essentielle de l'approche du PNUD en matière de développement durable, et est intégrée dans chaque programme de développement et de reconstruction post-conflit.

Le PNUD s'assure également que des politiques de prévention des catastrophes naturelles soient intégrées aux programmes de développement élaborés au niveau national et régional.

Pour cela, il s'appuie sur le Rapport Mondial sur la Vulnérabilité (World Vulnerability Report) et promeut le Programme de formation à la gestion des catastrophes mis à la disposition des personnes travaillant sur le sujet dans les pays à risques (Disaster Mangement Training Programme, DMTP).

Le risque de catastrophe naturelle est intimement connecté aux processus de développement humain, indique notamment le rapport. Les catastrophes naturelles mettent le développement en péril mais, parallèlement, les choix de développement réalisés au niveau individuel, communautaire et national peuvent générer de nouveaux risques de catastrophe.

Le développement humain peut aussi contribuer à une réduction notoire du risque de catastrophe.

Le rapport montre que des milliards de personnes dans plus de 100 pays sont périodiquement exposés à au moins l'un des phénomènes de tremblement de terre, de cyclone tropical, d'inondation ou de sécheresse. Ces catastrophes naturelles causent plus de 184 décès par jour dans diverses régions du monde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.