Les représentants du Conseil de gouvernement et de la Coalition réclament le retour de l'ONU en Iraq

Les représentants du Conseil de gouvernement et de la Coalition réclament le retour de l'ONU en Iraq

Paul Bremer (à g.) et Jeremy Greenstock
Que ce soit sur la question du retour « politique et économique » autant qu'humanitaire de l'ONU en Iraq ou de la nomination d'un Représentant spécial, les interlocuteurs de Kofi Annan se sont fait pressants.

« Le Conseil de gouvernement et l'Autorité provisoire de la coalition espèrent que l'ONU va revenir en Iraq et nous espérons que cela se produira rapidement », a déclaré Paul Bremer, le diplomate américain qui dirige l'Autorité provisoire de la Coalition (APC) en Iraq, au cours d'une conférence de presse qui a vu se succéder à la tribune le Secrétaire général de l'ONU, la délégation iraquienne et les représentants de la Coalition.

L'Envoyé du Royaume-Uni en Iraq, Jeremy Greenstock, s'est lui aussi dit « très satisfait du dialogue direct qui se renouait avec l'ONU et qui nous a grandement fait défaut depuis les tragiques événements d'août », a-t-il souligné, se référant à l'attentat terroriste qui a tué 22 membres du personnel de l'ONU dont le Représentant spécial, Sergio Vieira de Mello et a entraîné le retrait du personnel international de l'ONU du pays.

« L'APC veut que le rôle de l'ONU en Iraq soit très complet et indépendant au cours de la période de transition. Les Nations Unies peuvent jouer un rôle de supervision impartial et objectif tout au long du processus de transition y compris pendant les deux élections qui doivent avoir lieu en 2005 », a-t-il déclaré.

Quant au Président du Conseil de gouvernement iraquien, Adnan Pachachi, qui répondait auparavant aux questions des journalistes et était accompagné de Muhsin Abdul-Hamid et de Abdel Aziz Al-Hakim, tous deux membres du Conseil de gouvernement iraquien, et du Ministre des affaires étrangères, Hoshyar Zebari, il a dit attendre que l'ONU s'implique aussi bien au niveau politique, économique qu'humanitaire. Il a également réclamé la nomination d'un Représentant spécial et l'envoi d'une équipe en Iraq, outre celle qu'il souhaiterait voir évaluer la faisabilité d'élections pour le futur gouvernement de l'Iraq.

Un des membres du Conseil de gouvernement présent à New York aujourd'hui, Abdel Aziz Al-Hakim, a indiqué que l'ayatollah Al Sistani, leader spirituel des Chiites iraquiens favorable à la tenue d'élections au suffrage universel direct, souhaitait avoir un avis technique sur l'organisation de telles élections.

Les discussions « techniques » sont d'ores et déjà engagées cet après-midi tandis que le Conseil de sécurité tient une réunion à huis clos avec les représentants du Conseil de gouvernement iraquien.

image Déclarations de Paul Bremer et de Jeremy Greenstock* (durée de la vidéo : 18 minutes)
image Déclarations du Président et des membres du Conseil de gouvernement iraquien* (durée de la vidéo : 40 minutes)