L'influence d'Al-Qaida gagne du terrain notamment en Iraq, selon le Comité des sanctions de l'ONU

2 décembre 2003

L'idéologie d'Al-Qaïda continue de gagner du terrain en particulier en Iraq, ce qui fait redouter la poursuite des attaques terroristes, indique le deuxième rapport publié par le Comité chargé de surveiller les sanctions instaurées par le Conseil de sécurité contre les Taliban et le réseau inspiré par Osama Ben Laden.

Même si les actions menées contre le financement de l'organisation terroriste ont remporté des succès, les efforts effectués pour neutraliser les entreprises qui lui sont liées se sont heurtés à beaucoup plus de difficultés, indique le rapport du Comité qui a été rendu public hier à New York.

Il reste également difficile de contrôler et d'appliquer l'embargo sur les armes destinées à Al-Qaida, précise-t-il.

Depuis que l'Iraq est facilement accessible aux adeptes de l'organisation terroriste, le pays est devenu un terrain de recrutement productif pour Al-Qaida, indique également le rapport.

Lors d'un point avec la presse, l'ambassadeur du Chili, Heraldo Munoz, qui est également le Président du Comité, a insisté sur le fait que, même si des progrès avaient eu lieu, beaucoup restait à faire.

Relativement peu de pays, 84 sur les 191 Etats membres de l'ONU, ont soumis dans les temps leurs rapports sur les mesures qu'ils avaient prises pour se conformer aux exigences du Comité, a-t-il précisé.

Il a également indiqué qu'un trop grand nombre d'oeuvres charitables étaient utilisées par des groupes liés à Al-Qaida et que l'interdiction de déplacement imposée sur certaines personnalités étaient contournée.

M. Munoz a jugé décevant le nombre de personnes arrêtées dans le monde - 4 000 - en raison de leurs liens avec Al-Qaida ou les Talibans. Il a toutefois ajouté que, depuis que les membres du Comité ou le groupe de surveillance se rendent dans les pays et discutent avec leurs dirigeants, l'attitude sur la défensive de certains s'était améliorée. Le Comité a un programme de déplacements chargé, a-t-il indiqué.

Créé en 1999 par le Conseil de sécurité pour veiller à l'application des sanctions décidées à l'encontre de l'Afghanistan à l'époque des Taliban, le rôle du Comité a été progressivement élargi et il contrôle désormais également la mise en oeuvre des sanctions visant Al-Qaida et les groupes terroristes affiliés. Il est aidé dans sa tâche par un Groupe de suivi composé d'experts spécialisés dans les embargos sur les armes et les déplacements, le contre-terrorisme et le financement du terrorisme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.