L'ONU renforce son action humanitaire dans le Nord de l'Ouganda

21 novembre 2003

Les agences humanitaires de l'ONU renforcent leur action dans le Nord de l'Ouganda après que l'envoyé de l'organisation responsable des secours d'urgence ait dénoncé, au retour de sa visite dans le pays, « la guerre contre les enfants » qui y est menée et la situation précaire dans laquelle se trouvent plus de 1,3 million de personnes.

« C'est une guerre contre les enfants. Ils sont enlevés, maltraités, violés », a déclaré le Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Jan Egeland, après s'être récemment rendu dans le Nord de l'Ouganda.

M. Egeland a alors décrit une situation qui a considérablement empiré depuis l'été 2002. Le nombre des personnes déplacées, 1,2 million aujourd'hui, a plus que doublé et les combats englobent aujourd'hui huit districts au lieu de trois.

Les enfants sont particulièrement touchés. Tous courent le risque d'être enlevés, forcés à combattre et à commettre des atrocités. L'Armée de résistance du Seigneur (ARS), le mouvement rebelle qui opère dans le Nord de l'Ouganda depuis 1986, en a enlevé plus de 10 000 depuis juin 2002, selon les informations collectées par Jan Egeland.

Pour échapper à leur sort, des dizaines de milliers d'entre eux – 27 000 pour les seuls districts de Kitgum et Gulum par exemple - quittent leur foyer chaque soir.

Les agences humanitaires annoncent une intensification de leur action dans la région tout en soulignant la difficulté de venir en aide aux populations en dehors des principales villes de l'Est et du Nord, indique un communiqué émanant du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Les transports de nourriture doivent s'effectuer sous escorte militaire et toute présence durable dans ces secteurs est impossible en raison de l'insécurité, ajoute OCHA qui annonce néanmoins que du personnel humanitaire supplémentaire a été envoyé dans le Nord du pays pour mieux faire face à l'augmentation des besoins.

De son côté, Jan Egeland a lancé un appel pour que toutes les parties concernées « laissent un libre accès à ceux qui ont besoin d'aide humanitaire. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.