Des progrès sensibles en Sierra Leone mais aussi des préoccupations, souligne un rapport de l'ONU

6 novembre 2003

Des progrès sensibles ont été réalisés en Sierra Leone en matière de droit de l'homme, indique le Haut Commissariat aux droits de l'homme dans son dernier rapport. Il engage toutefois à veiller à ce que certains objectifs soient atteints d'ici au retrait de la Mission de l'ONU dans le pays, actuellement prévu en décembre 2004.

Des progrès sensibles ont été réalisés en Sierra Leone en matière de droit de l'homme, indique le Haut Commissariat aux droits de l'homme dans son dernier rapport. Il engage toutefois à veiller à ce que certains objectifs soient atteints d'ici au retrait de la Mission de l'ONU dans le pays, actuellement prévu en décembre 2004.

Il importe notamment que le pays soit en mesure d'assurer sa propre sécurité et de préserver son intégrité territoriale, indique le Haut Commissaire dans son rapport qui insiste également pour que la « présence résiduelle » de l'Organisation des Nations Unies en Sierra Leone après le départ de la MINUSIL comprenne une composante Droits de l'homme.

Au nombre des avancées enregistrées au cours des derniers mois, le rapport mentionne la réorganisation progressive du système judiciaire et des effectifs des tribunaux d'instance et de la police qui ont « pratiquement retrouvé leurs effectifs d'avant la guerre.»

Eléments particulièrement importants au regard des droits de l'homme et du droit international humanitaire, la Commission vérité et réconciliation, qui continue de bénéficier de l'appui fonctionnel fourni par le Haut Commissariat aux droits de l'homme, a déjà atteint la phase finale de sa période opérationnelle et le Tribunal spécial a procédé à plusieurs mises en accusation, faisant ainsi la preuve de sa détermination à s'acquitter de son mandat.

« Néanmoins, les insuffisances d'ordre structurel liées aux récentes violations empêchent l'émergence d'une société fondée sur l'état de droit. Le système judiciaire est un exemple évident de cette situation, qui doit être réglée de façon urgente », souligne le rapport qui insiste aussi sur le danger que fait peser l'instabilité du Libéria voisin, un facteur de risque interne qui ne devrait pas, selon lui, être sous-estimé.

La protection des droits de l'homme en Sierra Leone suppose, entre autres, que l'on mette fin à l'impunité concernant les violations passées et que l'on réprime les violations actuelles, indique également le rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.