La mission d'évaluation de l'ONU chargée d´identifier les besoins de la future opération de la paix arrive au Libéria

La mission d'évaluation de l'ONU chargée d´identifier les besoins de la future opération de la paix arrive au Libéria

media:entermedia_image:8371e1ee-49fb-4ee5-b474-07d042276072
Une équipe d´évaluation des Nations Unies est arrivée aujourd'hui à Monrovia pour faire le point sur la situation sécuritaire et les conditions humanitaires dans la capitale et formuler des recommandations sur les besoins de la future opération de maintien de la paix de l'ONU.

L´équipe d´évaluation, qui est composée de 11 membres, soumettra au Conseil de sécurité, dès son retour à New York, ses recommandations concernant la taille, la structure et le mandat de l'opération de maintien de la paix des Nations Unies au Libéria qui sera chargée d´accompagner le gouvernement de transition libérien dans la mise en oeuvre du nouvel accord de paix jusqu´à la tenue des élections prévues dans deux ans.

L´accord global de paix, qui permettra la mise en place d´un gouvernement de transition dès le mois d'octobre, a été signé le 18 août à Accra, au Ghana, par le gouvernement libérien et les mouvements rebelles, soit deux mois et demi après le début des négociations de paix à Accra et tout juste une semaine après le départ de l'ex-Président Charles Taylor qui s´est exilé le 11 août au Nigeria. Cet accord a été négocié par les représentants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et le Représentant spécial de Kofi Annan pour l'Afrique de l'Ouest, Ahmedou Ould Abdallah.

Alors que la mission d´évaluation de l´ONU commence son travail à Monrovia, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a envoyé à une mission humanitaire, à laquelle participent plusieurs agences spécialisées de l´ONU, à l'extérieur de Monrovia pour évaluer les déplacements de population et les besoins humanitaires au-delà de la capitale.

Cette équipe s'est rendue à Tubmanburg, ville située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale, où environ 20 000 personnes ont été déplacées lors des récents combats. Le HCR a précisé que les personnes déplacées avaient désespérément besoin de nourriture et de soins médicaux. Alors que l'hôpital de la ville est vide, suite au pillage des médicaments et du matériel médical, des services médicaux de fortune ont été mis en place dans une église voisine.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué cette semaine de la nourriture à 45 000 personnes pendant que le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et ses partenaires continuent l'opération de désinfection au chlore d'environ 3 000 puits aux alentours de Monrovia.