Les Etats-Unis et le Royaume-Uni se déclarent disposés à lever les sanctions contre la Libye

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni se déclarent disposés à lever les sanctions contre la Libye

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont informé le Conseil de sécurité qu´ils étaient prêts à autoriser la levée des sanctions contre la Libye compte tenu des décisions et des engagements pris par Tripoli pour mettre en application les résolutions du Conseil de sécurité relatives à l'explosion, en 1988, de l´appareil Pan Am 103 au-dessus de Lockerbie, en Ecosse.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont informé le Conseil de sécurité qu´ils étaient prêts à autoriser la levée des sanctions contre la Libye compte tenu des décisions et des engagements pris par Tripoli pour mettre en application les résolutions du Conseil de sécurité relatives à l´explosion, en 1988, de l´appareil Pan Am 103 au-dessus de Lockerbie, en Ecosse.

Le Conseil de sécurité a été informé de cette décision par une lettre que les Etats-Unis et le Royaume-Uni lui ont adressée conjointement le 15 août, en réaction à la lettre par laquelle la Libye informait le Conseil de sécurité que les questions en suspens se rapportant à l´incident de Lockerbie avaient été réglées. Dans cette lettre, la Libye précisait au Conseil de sécurité qu´elle avait facilité la comparution en justice des deux suspects accusés de l´explosion, coopéré avec les autorités écossaises chargées de l´enquête et pris des dispositions pour le paiement d´une indemnité appropriée aux familles des 270 personnes tuées dans la catastrophe aérienne. La Lybie indiquait également qu´elle s´était « engagée à non seulement coopérer à la lutte internationale contre le terrorisme mais aussi à prendre des mesures pratiques propres à rendre effective cette coopération. "Nous attendons de la Libye qu´elle respecte scrupuleusement ces engagements", précise la lettre adressée au Conseil de sécurité par les représentants permanents des Etats-Unis et du Royaume-Uni auprès de l´ONU.

Pour sa part, le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, s´était prononcé vendredi dernier en faveur de la levée des sanctions contre la Libye lors d´une conférence de presse avec le Président de la Finlande, Tarja Halonen.

Les sanctions, qui portent notamment sur la navigation aérienne libyenne et la fourniture de matériel militaire, avaient déjà été suspendues en avril 1999 lorsque la Libye avait permis que deux suspects libyens soient traduits en justice. L´un des deux suspects, Abdel Basset Al-Megrahi, a été reconnu coupable et incarcéré tandis que l´autre suspect, Lamin Khalifa Fhimah, a été acquitté.

image Reportage de la Radio ONU (audio)