Le Polisario prêt à accepter le nouveau plan de paix pour le Sahara occidental

Le Polisario prêt à accepter le nouveau plan de paix pour le Sahara occidental

Le Président du Conseil de sécurité a annoncé aujourd'hui avoir été informé par le Front Polisario, le mouvement qui réclame l'indépendance du Sahara occidental, actuellement territoire marocain, que celui-ci était prêt à accepter le nouveau Plan de paix de l'ONU. Une annonce qu'il faut prendre avec précaution, a souligné le Président, le Maroc lui n'ayant pas donné son accord.

Dans une déclaration à la presse faisant suite à des consultations à huis clos du Conseil de sécurité consacrées à la situation au Sahara occidental, son Président, l'ambassadeur de l'Espagne, Inocencio F. Arias d'Espagne, a indiqué avoir informé les membres du Conseil de sa rencontre avec une délégation du Front Polisario qui lui a fait part de sa décision d'accepter le plan de paix mis au point par l'Envoyé personnel du Secrétaire général, James Baker. M. Arias a précisé toutefois que le Maroc n'avait pas encore accepté le plan.

Ce plan, dit « de compromis » dans la présentation qui en a été faite dans le dernier rapport du Secrétaire général, reprend des éléments de projets antérieurs, le projet d'accord-cadre qui est accepté par le Maroc et le plan de règlement que préfère le Front POLISARIO. Sa nouveauté réside dans le fait que, après une période transitoire de partage des pouvoirs et lors du référendum sur le statut définitif du Sahara occidental, les électeurs auraient la possibilité d'opter pour le maintien du partage des pouvoirs en plus des deux autres options déjà envisagées à savoir l'indépendance d'une part, l'intégration au Maroc d'autre part.

L'ambassadeur Arias a indiqué que le projet de résolution présenté au Conseil aujourd'hui apportait son soutien au plan Baker et insistait auprès des parties pour qu'elles le mettent en oeuvre. Il a toutefois prévenu qu'il serait mal venu de tenter de forcer une prise de décision de la part des parties alors que le Maroc n'a toujours pas accepté le plan. Des efforts diplomatiques sont en cours, a-t-il indiqué.

Le Conseil prévoit de discuter de ce projet et de la question dans son ensemble mercredi prochain.