SRAS : aide accrue de l'OMS à la Chine et démarrage d'une action en Afrique

1 mai 2003

L'agence de l'ONU pour la santé cherche à accentuer son aide à la Chine où le nombre de cas de pneumonie atypique continue d'augmenter et à encourager la mise en place de systèmes de détection en Afrique.

Le contrôle de l'épidémie dans le monde dépend désormais de la capacité de maîtriser la maladie en Chine, a indiqué aujourd'hui l'Organisation mondiale de la santé (OMS) alors qu'elle signale 187 nouveaux cas et 11 décès supplémentaires à Beijing.

L'OMS estime que la création d'une banque de données sur le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), nom scientifique de la maladie, pourrait beaucoup aider à la combattre. Elle étudie également comment renforcer son aide aux hôpitaux des provinces de l'Ouest et du Nord de la Chine qui sont parmi les plus pauvres du pays.

L'agence a aussi entrepris une campagne de sensibilisation auprès des pays africains pour qu'ils mettent en place des mesures de prévention notamment en équipant les aéroports de façon à identifier les cas suspects et à les mettre en quarantaine.

Un seul cas suspect a jusqu'à présent été signalé en Afrique. Toutefois, le responsable régional de l'OMS pour le continent, Ebrahim Samba, a déclaré hier à Brazzaville au Congo qu'il travaillait "avec les gouvernements africains pour protéger notre région où les systèmes de santé sont faibles et où des millions de personnes sont infectées par le sida."

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.