A Paris, le Secrétaire général fait un tour d'horizon des différentes crises qui agitent le continent africain

21 février 2003
Kofi Annan avec les Présidents Kabila, Mbeki, et Kagamé à Paris

Le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, actuellement en visite à Paris à l'occasion de la tenue du Sommet France-Afrique, a eu aujourd'hui une série d'entretiens avec les dirigeants africains sur les différentes crises qui agitent le continent.

Ce matin, M. Annan a rencontré pendant plus d'une heure les Présidents de la République démocratique du Congo (RDC), de l'Afrique du Sud et du Rwanda. Les quatre hommes ont convenu à cette occasion que la prolifération des groupes armés dans l'est du pays contribuait à destabiliser la situation et fragilisait le processus de paix. M. Annan a estimé qu'un renforcement du mandat de la Mission de l'ONU en RDC (MONUC) permettrait de s'attaquer à ce problème. De l'avis des participants à la réunion, la stabilité dans le pays pourrait être restaurée par la formation d'un gouvernement représentatif, issu du dialogue inter-congolais et capable d'imposer son autorité sur l'ensemble de la RDC.

Après avoir participé à la séance de clôture du Sommet France-Afrique, le Secrétaire général a eu une série de réunions bilatérales, avec le Président Pierre Buyoya du Burundi et le Président Idriss Deby du Tchad. Ces discussions ont porté sur l'examen de la situation dans leurs pays respectifs.

M. Annan s'est ensuite entretenu avec le Premier Ministre de Côte d'Ivoire, Seydou Diarra, qui lui a fait part des efforts des autorités pour constituer un Gouvernement d'unité nationale. Le Secrétaire général a indiqué qu'une équipe de l'ONU arriverait prochainement à Abidjan pour évaluer la situation sécuritaire dans le pays.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le Président français Jacques Chirac, le Président sud-africain Thabo Mbeki et le Président camerounais Paul Biya, le Secrétaire général a affirmé que la mobilisation des populations africaines constituait un facteur important dans la lutte contre l'épidémie du sida sur le continent. Citant l'exemple du Sénégal, de l'Ouganda et du Botswana comme pays qui avaient pris des mesures efficaces dans ce sens, M. Annan a précisé qu'"il y avait de bonnes pratiques anti-sida ailleurs sur le continent, dont on pouvait tirer des leçons".

En fin d'après-midi, le Secrétaire général devait s'entretenir avec le Ministre saoudien des affaires étrangères, Prince Saud al Faisal.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.