Le secrétaire général affirme que la situation en Centrafrique est une "source de préoccupation"

7 janvier 2003
Kofi Annan

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a affirmé que la situation qui prévaut actuellement en République centrafricaine constitue une "source de préoccupation".

Dans un rapport rendu public aujourd'hui, le secrétaire général précise que la persistance d'une insurrection armée dans le nord du pays, conjuguée au manque de sécurité et aux souffrances des populations locales, représentaient des facteurs de déstabilisation qui risquaient d'aggraver les tensions et d'entraver les efforts pour le rétablissement de la paix.

M. Annan souligne par ailleurs que les perspectives incertaines d'un accord économique avec les institutions de Bretton Woods contribuent à rendre la situation sociale plus précaire encore. Le secrétaire général en appelle au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale à donner une suite favorable aux demandes des autorités centrafricaines, et à revenir sur la suspension de leurs opérations à Bangui.

Pour sa part, le Représentant spécial de l'ONU en Centrafrique, Lamine Cissé, qui dirige également l'Office d'appui de l'ONU dans ce pays (BONUC), a déclaré aujourd'hui à New York que la principale priorité de ses services était d'éviter la reprise généralisée du conflit. "Il est particulièrement important dans ce contexte de parvenir à stabiliser les relations de la Centrafrique avec ses voisins, notamment le Tchad", a-t-il déclaré. Un certain nombre d'incidents violents ont récemment opposé ces deux pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.