Kofi Annan affirme que les progrès enregistrés en Angola ont besoin d'une nouvelle impulsion

16 décembre 2002

Avec l'Angola actuellement en mesure d'envisager "les véritables perspectives d'une paix durable" après une trentaine d'années de conflit civil, les autorités de Luanda et la communauté internationale se doivent de prendre des mesures pour consolider les progrès enregistrés et faciliter la reconstruction du pays. C'est ce qu'a affirmé le secrétaire général Kofi Annan dans un rapport consacré à la situation en Angola.

Avec l'Angola actuellement en mesure d'envisager "les véritables perspectives d'une paix durable" après une trentaine d'années de conflit civil, les autorités de Luanda et la communauté internationale se doivent de prendre des mesures pour consolider les progrès enregistrés et faciliter la reconstruction du pays. C'est ce qu'a affirmé le secrétaire général Kofi Annan dans un rapport consacré à la situation en Angola.

Tout en saluant l'évolution positive de la situation politique dans le pays, comme la cessation des hostilités et la signature d'un accord entre le Gouvernement et l'UNITA, le rapport, publié aujourd'hui, met l'accent sur les défis en matières sécuritaire et humanitaire. "Satisfaire les besoins de plus de 80 000 ex-combattants démobilisés et de leurs familles, en plus de ceux des quatre millions de personnes déplacées constitue un défi sans précédent pour les autorités", estime le rapport.

M. Annan réaffirme par ailleurs qu'"il incombe aux Nations Unies et à la communauté internationale de participer activement à la création d'institutions démocratiques et transparentes en Angola et à la promotion et la protection des droits de l'homme, notamment des enfants".

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.