Le Conseil de sécurité consacre une journée d'étude à la situation des pays membres de l'Union du fleuve Mano

Le Conseil de sécurité consacre une journée d'étude à la situation des pays membres de l'Union du fleuve Mano

Le Conseil de sécurité a ouvert ce matin une journée d'étude consacrée à la situation des pays membres de l'Union du fleuve Mano. Cette journée est présidée par Valerie Amos, ministre pour l'Afrique au Ministère des affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni, pays qui assume la présidence du Conseil en ce mois.

Le Conseil de sécurité a ouvert ce matin une journée d'étude consacrée à la situation des pays membres de l'Union du fleuve Mano. Cette journée est présidée par Valerie Amos, ministre pour l'Afrique au Ministère des affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni, pays qui assure la présidence du Conseil en ce mois.

Les principaux objectifs de cette journée sont de préciser les leçons tirées de l'expérience de l'ONU en Sierra Leone et d'examiner comment accroître la contribution de l'ONU à la réduction de l'instabilité dans cette région, notamment pour ce qui est des combats au Libéria.

Ouvrant les débats ce matin, le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a affirmé que cette réflexion arrivait au moment où la Mission de l'ONU en Sierra Leone (MINUSIL) était sur le point d'entamer une nouvelle phase de sa mission dans le pays. "Nous avons appris des leçons de cette expérience, aussi bien pour les succès enregistrés que pour les épreuves rencontrées aux débuts de la mission", a-t-il souligné.

Vingt-six orateurs devaient prendre la parole lors de ce débat, dont les ministres des affaires étrangères de Sierra Leone et de Guinée, pays membres avec le Libéria de l'Union du fleuve Mano, ainsi que les responsables de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, pour les affaires politiques, Kieran Prendergast, et le secrétaire adjoint de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).