Kofi Annan affirme que sans un soutien extérieur les progrès enregistrés en Centrafrique risquent de péricliter

24 juin 2002

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a affirmé aujourd'hui que les récents progrès accomplis dans la stabilisation de la situation en République centrafricaine risquaient de péricliter sans un soutien extérieur.

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a affirmé aujourd'hui que les récents progrès accomplis dans la stabilisation de la situation en République centrafricaine risquaient de périciliter sans un soutien extérieur.

Dans un rapport publié aujourd'hui, le secrétaire général a souligné que la levée indéfinie du couvre-feu, le retour d'un grand nombre de réfugiés, et la poursuite du dialogue social en Centrafrique traduisaient une nette amélioration de la situation dans le pays.

Cette situation risquait toutefois de se détériorer, prévient le secrétaire général, en raison de la fragilité de l'équilibre économico-social; en effet, la "trêve sociale", observée à l'heure actuelle, doit expirer le 22 juillet et les dangers d'une reprise de l'agitation sociale sont réels, prévient M. Annan.

Le secrétaire général se prononce pour l'octroi d'une aide financière par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, permettant aux autorités de Bangui de faire face aux échéances salariales et de financer un véritable programme de réinsertion sociale des ex-combattants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.