Kofi Annan à Londres: le développement durable n'est pas une notion abstraite

25 février 2002

Le processus de développement durable n'est pas une notion abstraite. Il touche les habitants du Nord comme du Sud, et prend un visage humain avec les paysans contraints à des déplacements de plus en plus lointains pour trouver de la nourriture et du bois pour chauffer, avec les habitants des taudis qui vivent dans des conditions sanitaires morbides, avec les travailleurs des zones urbaines qui souffrent de la pollution et de l'entassement.

C'est ce qu'a affirmé ce matin le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, dans une intervention devant les étudiants de la London School of Economics, qui portait sur la signification des différentes conférences internationales consacrées au développement durable, qui ont eu lieu l'an dernier à Doha, ou sont prévues à Monterrey le mois prochain et à Johannesburg en août-septembre.

Le secrétaire général a en outre souligné que le succès de ces réunions contribuerait à la réalisation des objectifs de développement du Rapport du millénaire de l'ONU, qui prévoit notamment la réduction de moitié de l'extrême pauvreté dans le monde d'ici à 2015. Le processus de développement, a-t-il expliqué, ne pourra être mené à bien qu'avec la volonté des pays industrialisés d'ouvrir leurs marchés aux produits des pays en développement, tout en éliminant les subventions injustes qu'ils offrent actuellement à leurs propres agriculteurs.

M. Annan a estimé que tous ces probèmes étaient surmontables, à condition de forger à Johannesburg une "coalition pour une prospérité responsable", qui est déjà en train de s'esquisser pour relever les défis définis lors du Sommet du Millénaire de New York de septembre 2000.

Arrivé samedi dans la capitale britannique pour une visite officielle de trois jours, M. Annan a eu aujourd'hui une série d'entretiens avec les principales personnalités politiques du pays, dont, notamment, le Premier ministre Tony Blair et le responsable aux affaires étrangères Jack Straw.

Dans un point de presse ce matin, le secrétaire général a réitéré sa préoccupation face à la situation au Proche-Orient, et lancé un nouvel appel au Gouvernement du Zimbabwe pour qu'il garantisse la tenue d'élections libres et justes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.