Syrie

Ravages causés par les combats à Homs, en Syrie.
Photo UNICEF/Penttila
[Comme] s'il fallait le répéter, les civils ont besoin de nourriture, de médicaments et d'autres articles vitaux. Ils doivent avoir accès aux services de base. Cela leur donne une chance de vivre une vie digne. Et ils ont besoin de protection. Pour y parvenir, nous devons élargir l'accès. Nous avons besoin de fonds pour des opérations humanitaires durables. Et nous devons intensifier nos efforts, et nous y jouerons notre rôle, pour augmenter les programmes de relèvement rapide.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Martin Griffiths, au Conseil de sécurité le 27 janvier 2022

Contexte

Depuis mars 2011, la Syrie est en proie à un conflit qui a forcé plus de la moitié de la population à fuir. Des millions de Syriens ont quitté leur pays et des millions d’autres sont déplacés à l’intérieur du territoire. Cette crise, considérée comme la pire catastrophe humanitaire des temps modernes avec plus de 13 millions de personnes ayant besoin d’assistance, est responsable de la souffrance d’un très grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants syriens.

Action humanitaire

Plus de 250.000 personnes ont été tuées et plus d'un million d’autres blessées depuis le début de la crise en 2011. Plus de la moitié de tous les Syriens ont été forcés de quitter leur foyer, souvent plusieurs fois, faisant de la Syrie la plus grande crise mondiale de déplacement. Les violations des droits de l'homme et les abus continuent de se produire dans le contexte d'une insécurité généralisée et au mépris du droit international, du droit international humanitaire et des droits de l'homme. L'ONU travaille avec des partenaires pour fournir une aide humanitaire à ceux qui en ont besoin.

Droits de l'homme

Les droits de l’homme sont au coeur de la crise syrienne et l’ONU a appelé à la fin immédiate de la violence, à la libération des prisonniers politiques, à des enquêtes impartiales pour mettre fin à l’impunité, et à garantir que les responsables rendent des comptes et soient traduits en justice.

Le 21 décembre 2016, l'Assemblée générale des Nations Unies a créé le Mécanisme international, impartial et indépendant (IIIM) pour « recueillir, consolider, préserver et analyser les preuves de violations du droit international humanitaire et des violations des droits humains et pour préparer des dossiers afin de faciliter et accélérer des procédures pénales équitables et indépendantes ... dans les tribunaux nationaux, régionaux ou internationaux qui ont ou pourraient avoir compétence dans le futur sur ces crimes ».

L'Envoyé spécial pour la Syrie

L'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, travaille sans relâche pour amener les parties à la table des négociations et mettre fin à la guerre. Depuis janvier 2016, l'Envoyé spécial a conduit plusieurs cycles de négociations inter-syriennes avec des discussions de fin 2017 à début 2018 axées sur deux aspects clés de la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité, un calendrier et un processus de rédaction d'une nouvelle constitution et la tenue d'élections comme base d'un processus syrien dirigé par les Syriens pour mettre fin au conflit.

Articles