L’ONU organise à New York le premier Congrès mondial des victimes du terrorisme

Des enfants iraquiens marchent à côté d'un marché détruit durant des combats contre le groupe terroriste Daech, à Sinjar (archives).
Unsplash/Levi Meir Clancy
Des enfants iraquiens marchent à côté d'un marché détruit durant des combats contre le groupe terroriste Daech, à Sinjar (archives).

L’ONU organise à New York le premier Congrès mondial des victimes du terrorisme

Droit et prévention du crime

Le premier Congrès mondial des Nations Unies pour les victimes du terrorisme, organisé par le Bureau de lutte contre le terrorisme (BLT), a débuté ce jeudi à New York. Il rassemble plus de 600 participants en personne, dont 85 victimes du terrorisme provenant de 25 pays.

Présenté par un communiqué du BLT comme « le rassemblement le plus important jamais organisé de victimes du terrorisme, d'États membres, de la société civile, d'experts, d'universitaires et du secteur privé », il a pour thème « Faire progresser les droits et les besoins des victimes du terrorisme ».

Il s'agit pour le BLT d'une « première étape essentielle vers le renforcement de la solidarité mondiale et de l'unité internationale en faveur des victimes du terrorisme ».

Adapter les législations nationales

La séance d'ouverture de haut niveau tenue dans la salle de l'Assemblée générale des Nations Unies a débuté par un appel à l'action lancé par dix victimes survivantes du terrorisme originaires du monde entier, dans le but de faire « progresser le dialogue et l'engagement en faveur d'une approche centrée sur les victimes » pour « contrer le terrorisme » et « prévenir l'extrémisme violent propice au terrorisme ».

Cet appel a été suivi d'une session parlementaire de haut niveau au cours de laquelle les représentants de parlements nationaux ont souligné la nécessité de développer, de renforcer et d'adapter les législations nationales pour répondre de manière adéquate aux besoins complexes des victimes de terrorisme.

Les parlementaires ont également souligné l'importance de voir les droits des victimes du terrorisme clairement reconnus dans la législation nationale, conformément aux cadres internationaux des droits de l'homme.

Amplifier les voix des survivants

Dans une déclaration, le Président de la 76ème Assemblée générale Abdulla Shahid a souligné qu’il était « de notre devoir, non seulement en tant que membres d'une organisation internationale, mais aussi en tant qu'êtres humains, d'être solidaires » avec les victimes du terrorisme.

Il a ajouté qu’il fallait « sensibiliser le grand public à leurs besoins » et « faire tout notre possible pour garantir la protection, la promotion et le respect de leurs droits ».

« La solidarité et le soutien aux victimes du terrorisme sont une obligation morale et un impératif humanitaire et de droits de l'homme. Mais soyons clairs : le Congrès d'aujourd'hui n'est pas seulement destiné à bénéficier aux victimes. C'est une partie essentielle de nos efforts pour prévenir et mettre fin au terrorisme partout dans le monde. Amplifier les voix et les opinions des victimes et des survivants, c’est faire en sorte de manière éclatante que les terroristes ne gagneront jamais », a pour sa part déclaré la Vice-Secrétaire générale, Amina Mohammed dans une déclaration liminaire.

Vladimir Voronkov, le Secrétaire général adjoint à la lutte contre le terrorisme, a lui souligné que ce premier Congrès mondial était « notre chance de retirer le contrôle du récit des mains des terroristes et des extrémistes violents, pour le rendre aux victimes et aux survivants ».

Etablir une feuille de route

Pour M. Voronkov, « c'est le début d'une trajectoire commune » basée sur « la solidarité et l'action » pour « protéger, promouvoir et concrétiser les droits des victimes. »

Ce premier Congrès devrait engendrer à son issue des recommandations « claires et concrètes » pour agir à tous les niveaux. Il s'achèvera le vendredi 9 septembre par un résumé du Président de l’Assemblée générale, qui jettera les bases d'une « feuille de route » destinée à guider l'agenda international concernant les droits et besoins des victimes du terrorisme.