Covid-19 : la barre des 5 millions de morts franchie, le chef de l’ONU réitère son appel pour l’équité vaccinale

1 novembre 2021

Près de deux ans après l’apparition du nouveau coronavirus en Chine, la planète a franchi la barre des 5 millions de morts officiels liés à la Covid-19, selon la base de données tenue par l’Université américaine Johns Hopkins. Face  à ce nouveau « seuil douloureux » franchi, le Chef de l’ONU invite le monde à plus de solidarité dans la distribution des vaccins.

« Cette étape dévastatrice nous rappelle que nous laissons tomber une grande partie du monde », a regretté dans un communiqué le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Alors que les pays riches distribuent les troisièmes doses du vaccin contre la Covid-19, seuls 5% environ des Africains sont entièrement vaccinés.

Pour le chef de l’ONU, « c’est une honte mondiale ».

Une façon de rappeler que d’autres menaces dangereuses continuent de permettre à la Covid-19 de prospérer : la désinformation, la thésaurisation des vaccins et le nationalisme vaccinal, ainsi que le manque de solidarité mondiale. M. Guterres exhorte donc les dirigeants mondiaux à soutenir pleinement la stratégie mondiale de vaccination qu’il a lancée avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le mois dernier.

Plus de 6,8 milliards de doses de vaccin administrées dans le monde

Pour l’ONU, il s’agit de mettre des vaccins dans les bras de 40% des personnes dans tous les pays d’ici la fin de l’année, et de 70% d’ici la mi-2022. A ce sujet, il a appelé à agir de toute urgence et à grande échelle, à combler les lacunes en matière de financement et à coordonner leurs actions pour réussir.

Selon l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, un total de 6.838.727.352 doses de vaccin ont été administrées dans le monde dont la majorité dans les pays riches.

Plus de 245,3 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués. Et d’après les bilans officiels cumulés de l’Université américaine Johns Hopkins, l’épidémie de Covid-19 a fait plus de 5 millions de morts. Ce seuil symbolique a été franchi ce lundi, avec exactement 5.000.425 de cas dans le monde.

« Ce ne sont pas des chiffres griffés sur une page. Ce sont des mères et des pères. Des frères et des sœurs. Des filles et des fils. Des familles, des amis et des collègues. Des vies fauchées par un virus sans pitié qui ne respecte aucune frontière », a dit M. Guterres.

L’ONU appelle à ne pas baisser la garde

Pour l’ONU, ces cinq millions de décès devraient d’ailleurs constituer un avertissement clair : « nous ne pouvons pas baisser la garde ». Le nombre de décès ne cesse d’augmenter.

« Des hôpitaux surchargés et des agents de santé épuisés. Et le risque que de nouvelles variantes se propagent et fassent de nouvelles victimes ».

Plus largement, le chef de l’ONU estime que cette inégalité d’accès au vaccin est le meilleur allié de la pandémie de Covid-19. D’autant que ce serait une erreur de penser que la pandémie est terminée.

« Alors que les restrictions s’assouplissent dans de nombreux endroits, nous devons également faire correspondre les vaccins à la vigilance - notamment par des mesures de santé publique intelligentes et éprouvées comme le masquage et la distanciation sociale », a prévenu António Guterres.

Pour l’ONU, la meilleure façon de rendre hommage à ces cinq millions de personnes disparues - et de soutenir les agents de santé qui luttent chaque jour contre ce virus - est de faire de l’équité vaccinale une réalité en accélérant les efforts de la communauté internationale et en assurant une vigilance maximale pour vaincre ce virus.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.