« Si vous ne nourrissez pas les gens, vous nourrissez les conflits », déclare le chef de l’ONU au Conseil de sécurité

11 mars 2021

Les conflits entraînent la faim et la famine, et inversement, la faim et la famine conduisent à des conflits, a déclaré jeudi le Secrétaire général de l'ONU au Conseil de sécurité, ajoutant que « si vous ne nourrissez pas les gens, vous alimentez les conflits ».

« Les conflits et la faim, lorsqu’ils frappent un pays ou une région, se renforcent mutuellement et ne peuvent être éliminés séparément. La faim et la pauvreté, associés aux inégalités, aux chocs climatiques, aux tensions confessionnelles et ethniques et aux griefs concernant les terres et les ressources, déclenchent des conflits », a expliqué le chef de l’ONU devant les membres du Conseil.

« Dans le même temps, les conflits amènent des personnes à quitter leur foyer, leur terre et leur emploi, bouleversent les activités agricoles et les échanges commerciaux et limitent l’accès aux ressources vitales telles que l’eau et l’électricité et entraîne la faim », a-t-il ajouté.

Selon M. Guterres, le Comité Nobel a reconnu cette corrélation lorsqu’il a décerné le prix Nobel de la paix au Programme alimentaire mondial (PAM).

Le Secrétaire général a rappelé que ces dernières décennies, l’amélioration de la productivité et le recul de la pauvreté dans le monde ont permis de faire d’énormes progrès en matière de lutte contre la faim. 

« La famine et la faim ne sont plus une question de manque de nourriture. Elles sont aujourd’hui en grande partie produites par l’homme », a-t-il souligné. « Elles frappent surtout des pays touchés par des conflits prolongés et de grande envergure ».

Fin 2020, 88 millions de personnes souffraient de la faim en raison des conflits et de l'instabilité

Et la situation empire, selon lui. Fin 2020, plus de 88 millions de personnes souffraient de la faim en raison des conflits et de l’instabilité – ce chiffre a augmenté de 20% en l’espace d’un an. D’après les prévisions pour 2021, cette situation devrait perdurer. 

Les chocs climatiques et la pandémie de Covid-19 attisent le feu. En l’absence de mesures immédiates, des millions de personnes risquent de basculer dans la faim extrême et de perdre la vie. 

D’après les estimations, les crises alimentaires s’accentuent et se propagent dans l’ensemble du Sahel et de la Corne de l’Afrique, et s’installent de plus en plus rapidement au Soudan du Sud, au Yémen et en Afghanistan. Plus de 30 millions de personnes dans plus d’une trentaine de pays sont au bord de la famine.

Face à cette situation, le chef de l’ONU a appelé à « agir maintenant ». A ce titre, il a décidé de créer un groupe spécial de haut niveau sur la prévention de la famine, qui sera dirigé par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Mark Lowcock.

Ce groupe sera composé de représentants du Programme alimentaire mondiale (PAM) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il contribuera à ce que la question de la prévention de la famine soit examinée de manière concertée à un haut niveau et à ce qu’une aide soit fournie aux pays les plus touchés.

« J’invite instamment tous les membres du Conseil à soutenir par tous les moyens ce groupe spécial et à mettre tout en œuvre pour prendre des mesures urgentes de prévention de la famine », a dit M. Guterres.

Selon lui, il faut avant tout se préoccuper de cette population de plus de 34 millions de personnes déjà aux prises avec une insécurité alimentaire qui a atteint un niveau critique. 

Le PAM et la FAO ont lancé un appel à la mobilisation urgente de 5,5 milliards de dollars de ressources extraordinaires afin que ces 34 millions de personnes échappent à une catastrophe. 

« Ces ressources sont nécessaires à un ensemble de mesures visant à fournir une aide vitale, qui comprend la distribution de nourriture, d’argent en espèces et de bons d’alimentation, l’aide adaptée à l’agriculture et les soins médicaux à ceux qui souffrent déjà de malnutrition aigüe », a dit le Secrétaire général.

Il a rappelé que la manifestation de haut niveau pour les annonces de contributions relatives à la crise humanitaire au Yémen n’a pas répondu aux attentes et qu' il ne faudrait pas que cela se reproduise. « Je demande à tous les pays de réfléchir à nouveau aux responsabilités et aux capacités qui sont les leurs », a-t-il dit. 

Cri d'alarme du chef du PAM

Le chef du PAM, David Beasley, a également lancé un cri d’alarme devant les membres du Conseil.

« Les conflits et l'instabilité alimentent une nouvelle vague de famine destructrice qui menace de balayer le monde », a-t-il déclaré.

Comme le Secrétaire général, M. Beasley a noté que les crises imminentes de famine sont principalement motivées par les conflits. « Les conflits d'origine humaine sont le véritable coupable », a-t-il soutenu, ajoutant qu'ils sont « entièrement évitables ».

Le chef du PAM a pris en exemple les situations au Yémen, en Syrie, en République démocratique du Congo (RDC), et au Soudan du Sud, où « des enfants sont nourris de boue ».

S'agissant de l’appel pour un montant de 5,5 milliards de dollars, M. Beasely a exhorté les membres du Conseil à ouvrir leur « cœur, à faire preuve de compassion et à donner généreusement ».

Au-delà de la crise immédiate, il a souligné la nécessité d'investir dans la prévention des conflits. « S'il vous plaît, ne nous demandez pas de choisir quel enfant affamé vit et lequel meurt. Nourrissons-les tous ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.