RDC : le chef de l’ONU choqué par le massacre de civils par un groupe armé au Nord-Kivu

7 janvier 2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit choqué par le massacre de civils au cours de récentes attaques attribuées à un groupe armé dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du  Congo (RDC).

Ces attaques par des membres des Forces démocratiques alliées (ADF) ont eu lieu dans les villages de Tingwe, Mwenda et Nzenga, près du territoire de Beni.

« Le Secrétaire général condamne fermement ces violences contre la population civile et demande que les auteurs de ces atrocités soient rapidement traduits en justice. Il présente ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement de la République démocratique du Congo », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi soir.

« Le Secrétaire général réitère son appel pour un cessez-le-feu global et demande à tous les groupes armés de déposer les armes », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a également encouragé les autorités de la RDC « à prendre des mesures concrètes » afin de répondre aux facteurs de conflit à l’est du pays.

M. Guterres a réitéré la détermination de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) à continuer « de faire le maximum pour assurer la protection des civils conformément à son mandat, et à soutenir les initiatives nationales de consolidation de la paix et de la stabilité en République démocratique du Congo ».

Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont des rebelles ougandais installés dans l’est de la RDC depuis 1995. Ils commettent régulièrement des massacres depuis plusieurs années dans la région de Beni.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.