Nigéria : l’ONU condamne une attaque terroriste contre des civils dans l’Etat de Borno

30 novembre 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné dans les termes les plus vifs l'attaque « horrible » perpétrée par des hommes armés contre des ouvriers agricoles dans un village de l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigéria.

L’attaque a eu lieu le 28 novembre dans le village de Koshobe et dans d’autres communautés rurales, près de la capitale de l'État de Borno, Maiduguri. Des dizaines de personnes auraient été tuées et de nombreuses autres blessées ou enlevées, y compris des femmes.

« Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles des personnes décédées et au peuple nigérian, souhaite un prompt rétablissement aux blessés et demande le retour immédiat et en toute sécurité des personnes enlevées et des personnes toujours portées disparues », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée dimanche soir.

Le chef de l’ONU a souhaité que les responsables de ces crimes odieux soient rapidement traduits en justice.

« Le Secrétaire général réaffirme l'engagement de l'ONU à soutenir le gouvernement nigérian dans sa lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent et dans sa réponse aux besoins humanitaires urgents dans le nord-est du pays », a ajouté son porte-parole.

Le Représentant spécial du Secrétaire général et chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, a également condamné « l'odieux attentat terroriste » perpétré le 28 novembre.

Crise alimentaire imminente

Le Coordonnateur humanitaire au Nigéria, Edward Kallon, s’est dit pour sa part « scandalisé et horrifié » par cette attaque.

« L'ensemble du système des Nations Unies et la communauté humanitaire qui s'efforcent d'apporter une aide vitale aux personnes les plus vulnérables de l'État de Borno sont scandalisés par cet incident. Ces attaques directes contre des civils innocents mettent en péril la capacité des personnes les plus vulnérables de survivre à l’adversité à laquelle elles sont confrontées, et que nous nous efforçons d’alléger », a-t-il dit dans un communiqué de presse.

M. Kallon a souligné qu’il s’agissait de l'attaque directe la plus violente contre des civils innocents cette année au Nigéria. « Il s'agit malheureusement de l'une des trop nombreuses attaques de ce type visant les agriculteurs, les pêcheurs et les familles qui tentent de reconstruire des moyens de subsistance après plus d'une décennie de conflit », a-t-il dit.

« Les communautés rurales de l'État de Borno sont confrontées à des épreuves indicibles. Les aider à cultiver des terres et à reconstruire leurs moyens de subsistance fait partie de nos priorités et constitue le seul moyen d'éviter une crise alimentaire imminente dans l'État de Borno. Ces communautés et tous les autres civils doivent être protégés et épargnés de toute forme de violence », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Risque de famine : l’ONU octroie 100 millions de dollars pour aider d’urgence sept pays

Le chef du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a alloué mardi 100 millions de dollars pour aider les populations à se nourrir dans sept pays les plus exposés au risque de famine.