La police de l’ONU joue un rôle crucial dans le maintien de la paix et la prévention des conflits

4 novembre 2020

Le chef des opérations de paix des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, a rappelé mercredi aux membres du Conseil de sécurité le rôle crucial joué par la police de l’ONU (UNPOL) dans le maintien de la paix et la prévention des conflits à travers le monde.

Il y a deux ans et demi, le Secrétaire général de l’ONU a lancé l'initiative Action pour le maintien de la paix (A4P) pour relever les défis auxquels le maintien de la paix est confronté, a noté M. Lacroix dans un discours lu par le Sous-Secrétaire général pour l’Etat de droit et les institutions de sécurité au sein du Département des opérations de paix, Alexander Zouev, lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

« La police des Nations Unies (UNPOL), en tant qu'élément clé du maintien de la paix des Nations Unies, est fermement résolue à faire progresser les priorités de l'A4P et à renforcer encore l'efficacité des opérations de maintien de la paix », a ajouté Jean-Pierre Lacroix.

La police des Nations Unies est fermement résolue à renforcer encore l'efficacité des opérations de maintien de la paix -Jean-Pierre Lacroix, chef des opérations de paix des Nations Unies

L’initiative A4P vise à recentrer le maintien de la paix sur des attentes réalistes, à rendre les missions de maintien de la paix plus fortes et plus sûres, et à mobiliser un plus grand soutien pour des solutions politiques, pour des forces bien équipées et bien entraînées.

« Grâce à A4P, nous sommes mieux à même de relever les défis d’aujourd’hui en matière de paix et de sécurité et, en fin de compte, d’améliorer la vie de ceux que nous servons », a-t-il dit.

Le chef des opérations de paix a estimé que les partenariats avec les organisations régionales et sous-régionales sont essentiels, en particulier pour faciliter les transitions.

Au Darfour, par exemple, l'UNPOL a travaillé en étroite collaboration avec l'Union africaine sur le retrait de la MINUAD, l’Opération de l’Union africaine et des Nations Unies dans cette région soudanaise, et la transition vers l'UNITAMS, la nouvelle mission politique de l’ONU au Soudan, en vue de maintenir la paix et d'empêcher une reprise du conflit en garantissant des capacités de police intérimaires adéquates.

Protection des civils, prévention de la Covid-19

La police de l’ONU joue également un rôle clé dans tous les aspects de la protection des civils, y compris la protection physique.

En République centrafricaine, elle contribue ainsi à créer un environnement protecteur grâce au renforcement des capacités de la police, notamment en aidant au recrutement et à la formation de 1.000 élèves-officiers de la gendarmerie et de la police. Et 1.000 élèves supplémentaires sont à venir. 

L'UNPOL joue aussi un rôle déterminant dans la sensibilisation à la prévention de la propagation de la Covid-19. Elle a distribué des équipements de protection individuelle, des produits d'hygiène et des fournitures médicales dans l'ensemble des missions de paix, en particulier aux communautés les plus vulnérables.

« Une police sensible au genre est essentielle pour une police efficace de l'ONU et de l'État hôte, et pour garantir que les différents besoins de sécurité des hommes, des femmes, des garçons et des filles sont pris en compte. C’est la raison pour laquelle l’UNPOL fait de la police soucieuse d’équité entre les sexes une priorité essentielle de son travail », a dit M. Lacroix.

S’agissant de la présence de femmes au sein de la police de l’ONU, il a précisé que l'UNPOL collabore avec les pays fournisseurs de services de police pour dépasser les objectifs intermédiaires de parité des sexes déjà atteints pour 2020, y compris au niveau du commandement.

« Une plus grande participation des femmes à tous les niveaux envoie un message fort aux populations hôtes, qui s’amplifie lorsque ces femmes occupent des postes de direction et d’autorité. Je suis heureux que trois de nos composantes policières soient actuellement dirigées par des femmes », a dit Jean-Pierre Lacroix.

Il a ajouté que l'UNPOL continue de renforcer la tolérance zéro à l'égard de l'exploitation et des abus sexuels, notamment par le biais d'une formation préalable au déploiement et en cours de mission.

La police de l'ONU a démontré son fort potentiel dans les opérations de paix - Pascal Champion, Commissaire de police de la MINUSCA

Quatre commissaires de police de l’ONU ont participé à cette réunion du Conseil de sécurité par visioconférence : Pascal Champion, de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), Unaisi Vuniwaqa, de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Issoufou Yacouba, de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), et Serge Thierrault, du Bureau des Nations Unies en Haïti (BINUH).

Le chef de la composante police de la MINUSCA, Pascal Champion, a estimé que « la police de l'ONU a démontré son fort potentiel dans les opérations de paix ». 

« Ce potentiel peut s’exprimer davantage, pour le bénéfice des populations et de l’ONU, dans le cadre du renouvellement de l’engagement collectif dans les opérations de paix », a-t-il dit. 

Il a noté que de nombreuses pistes ont déjà été identifiées, citant notamment la volonté forte de faire d’UNPOL un fournisseur de services pour tout le système onusien et au- delà.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Une Zambienne déployée au Soudan du Sud remporte le Prix de la femme policière de l'année de l'ONU

L’inspectrice en chef Doreen Malambo, Conseillère pour l'égalité des sexes à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), a remporté cette année le Prix de la femme policière de l'année des Nations Unies, en l'honneur de son travail en faveur de groupes vulnérables, tels que les femmes, les filles, les enfants et les personnes handicapées.