Les violences au Darfour forcent des milliers de personnes à fuir vers le Tchad, selon le HCR

28 janvier 2020

Des affrontements à El Geneina, dans l’État du Darfour occidental au Soudan, ont forcé plus de 11.000 personnes à fuir vers le Tchad voisin depuis le mois dernier, a indiqué mardi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Quelque 4.000 d’entre elles ont fui la semaine dernière et on estime que ces violences ont également déplacé 46.000 personnes à l’intérieur du pays », a expliqué un porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d’une conférence de presse à Genève.

La plupart de ces personnes étaient déjà des déplacés internes au Soudan et, lorsque les attaques au Darfour occidental sont survenues à la fin décembre 2019, y compris contre des camps de déplacés, les habitants ont fui et ont trouvé un abri temporaire dans des écoles, des mosquées et d’autres infrastructures à El Geneina.

El Geneina étant situé à seulement 20 kilomètres de la frontière avec le Tchad, des milliers de réfugiés soudanais ont traversé cette frontière. Selon les prévisions du HCR, ce nombre pourrait atteindre 30.000 dans les semaines à venir en raison de la persistance des tensions.

« Selon les témoignages recueillis par les équipes du HCR sur le terrain, les habitants fuient après que leurs villages, leurs maisons et leurs biens ont été attaqués, dont beaucoup ont été réduits en cendres », a précisé le porte-parole.

Au Tchad, les réfugiés sont actuellement dispersés dans plusieurs villages situés le long de la frontière sur près de 100 kilomètres, aux alentours de la ville d’Adré, dans la province du Ouaddaï, qui accueille déjà 128.000 réfugiés soudanais.

« Les conditions sont désastreuses : la plupart des exilés vivent en plein air ou dans des abris de fortune, avec peu de protection contre les éléments. La nourriture et l’eau sont nécessaires de toute urgence, et les conditions sanitaires sont préoccupantes », a dit M. Baloch.

Le HCR, son homologue gouvernemental et ses partenaires humanitaires organisent les efforts d’aide aux réfugiés sur le terrain pour répondre à cette situation d’urgence, en procédant à l’enregistrement des réfugiés et en fournissant de la nourriture, de l’eau et des articles de première nécessité. Les réfugiés ayant des besoins spécifiques, notamment les enfants non accompagnés, sont identifiés et reçoivent de l’aide.

« Toutefois, le rythme des arrivées de réfugiés risque de dépasser nos capacités. Des ressources et un appui supplémentaires seront nécessaires pour renforcer nos efforts de réponse », a dit le porte-parole.

En collaboration avec le gouvernement tchadien, le HCR identifie actuellement un nouveau site plus éloigné de la frontière, où les réfugiés pourront être relocalisés en lieu sûr et recevoir l’assistance dont ils ont besoin.

Parallèlement, au Darfour occidental, le HCR et d’autres organisations humanitaires acheminent des couvertures, des matelas et des jerrycans pour aider les personnes déplacées dans plus de trente points de rassemblement. Cette semaine, des camions transportant des articles de secours supplémentaires sont arrivés depuis des entrepôts du HCR situés dans d’autres Etats du Darfour, et encore davantage d’aide est actuellement acheminée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNFPA appelle à une action immédiate pour garantir la santé des femmes déplacées dans l'ouest du Darfour

L'instabilité persistante dans la région du Darfour occidental, au Soudan, a laissé des milliers de femmes sans protection et services adéquats en matière de santé reproductive, menaçant leur vie, leur santé et leur sécurité, selon l’agence des Nations Unies chargée de la santé sexuelle et reproductive, l’UNFPA.