L’efficacité du maintien de la paix est une responsabilité collective, rappelle l’ONU

6 décembre 2019

Le chef de l’ONU a rappelé vendredi que les opérations de maintien de la paix ne peuvent pas mettre en œuvre leurs mandats sans un financement consistant, prévisible et adéquat.

« Nos Casques bleus représentent le dernier espoir, le meilleur espoir pour des millions de personnes dans le monde », a rappelé le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d’une réunion sur la performance du maintien de la paix organisée au siège de l’ONU à l’initiative des Etats-Unis qui président en décembre le Conseil de sécurité.

A cet égard, M. Guterres a rappelé que la performance du maintien de la paix est de la « responsabilité collective » de tous les acteurs qui y participent, en commençant par le Conseil de sécurité et la définition adéquate des mandats, puis par le Secrétariat.

« Sur le terrain, les membres du personnel militaire, policier et civil des Nations Unies ont tous un rôle à jouer », a-t-il dit, ajoutant que « la performance incombe également aux États membres - en tant que contributeurs de troupes et de police, gouvernements hôtes (des missions onusiennes), membres de l'Assemblée générale (des Nations Unies), contributeurs financiers et fournisseurs d'appui au renforcement des capacités ».
António Guterres a indiqué que plusieurs progrès avaient été réalisés en matière de performance du maintien de la paix.

En République centrafricaine, le partenariat entre l’Union africaine et la MINUSCA a permis la conclusion d’un accord de paix. De nouveaux systèmes et outils d’évaluation ont été mis en place au sein des missions. Des mesures de prévention et de réponse ont été instaurées pour mettre fin à l’exploitation et aux abus sexuels. Plus de femmes ont été recrutées. Et le nombre de Casques bleus tués a largement diminué (58 en 2017 à 27 en 2018).

Mais sans financement, la performance du maintien de la paix est compromise a dit le Secrétaire général qui a exhorté les Etats membres à remédier à « la grave crise de trésorerie qui touche l’ONU, y compris dans le maintien de la paix ».

Grâce à une flexibilité accrue dans la gestion des ressources entre les missions, l’ONU a réussi à réduire les arriérés de paiement aux pays fournissant des contingents et des effectifs de police pour des opérations actives à un niveau sans précédent. « Mais ce n'est qu'une solution temporaire », a prévenu le Secrétaire général. « Les problèmes sous-jacents de liquidité et structurels du budget demeurent, nous pouvons donc nous attendre à ce que la crise de la dette se reproduise ».

Pour M. Guterres, les opérations de paix des Nations Unies sont plus rentables que jamais, mais elles ne peuvent pas exécuter les mandats qui leur ont été confiés sans un financement cohérent, prévisible et adéquat. « Nous avons besoin de budgets pour suivre les mandats, pas de mandats pour suivre les budgets », a-t-il dit.

Photo ONU/Evan Schneider
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors d'une réunion sur l'amélioration de la performance du maintien de la paix.

Maintien de la paix : les 10 domaines où l’ONU peut mieux faire

  1. Faire davantage pour soutenir les missions dans les environnements les plus difficiles, comme au Mali.
  2. Renforcer les capacités des forces de maintien de la paix afin qu’elles puissent s’acquitter pleinement de leur mandat, notamment en matière de protection des civils.
  3. Améliorer les activités de renseignement et d’analyse ainsi que la compréhension des besoins et des aspirations des gouvernements hôtes et de la population locale.
  4. S’appuyer sur les progrès accomplis par plusieurs missions pour établir et renforcer la mise en œuvre de la politique de respect des droits de l’homme.
  5. Accroître le nombre de femmes soldats de la paix, qui sont « un multiplicateur de force » et éliminer les obstacles qui empêchent leur déploiement.
  6. Réduire le nombre de décès parmi les Casques bleus en renforçant la protection des forces onusiennes et en améliorant les soins pour traumatismes.
  7. Combler les lacunes critiques en équipement avec des hélicoptères, des forces de réaction rapide et des unités d’ingénieurs, de transport et médicales.
  8. Punir et poursuivre les auteurs d’actes illicites et répréhensibles, y compris d’exploitation et d’abus sexuels.
  9. Systématiser l’évaluation des performances et la responsabilisation en coopération avec les pays contributeurs de troupes.
  10. Etablir des normes en matière de durabilité et de gestion de l’environnement au sein des missions de maintien de la paix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.