Sahel : une sécurité durable requiert une pleine application de l’accord de paix au Mali (ONU)

3 avril 2019

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réjoui mercredi des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Accord de paix au Mali mais a déploré le retard dans l’application de plusieurs dispositions du texte.

Dans une déclaration de presse publiée mercredi, le Conseil a souligné qu'une paix et une sécurité durables au Sahel ne pourront être instaurées sans « l'application intégrale, effective et sans exclusive » de l'Accord, ainsi qu'une coopération étroite entre les parties.

Le Conseil « a pris note avec satisfaction » de certains progrès accomplis dans la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali depuis l'investiture du Président Ibrahim Boubacar Keïta le 4 septembre 2018. Il reconnaît que les mesures prises au cours des huit derniers mois ont été plus nombreuses que pendant les premières années suivant la signature de l'Accord, qui se sont caractérisées par un rythme de mise en œuvre lent.

Au titre des progrès, les membres du Conseil ont salué la tenue de l'élection présidentielle dans un climat généralement pacifique, avec l'appui des groupes armés signataires ; certains progrès dans le processus de décentralisation, notamment par l'adoption d'un décret fixant les modalités de transfert des services décentralisés de l'État aux autorités locales dans leurs domaines de compétence et de nouvelles avancées vers la mise en place des administrations provisoires dans le Nord du Mali.

Ils se sont également félicités de l'enregistrement de tous les combattants éligibles au processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) et le lancement d'un processus accéléré de DDR pour 1423 combattants ; l'adoption d'un décret fixant les modalités d'intégration dans les forces de défense et de sécurité maliennes (MDSF) réformées et reconstituées et réformées et une représentation féminine accrue dans le gouvernement actuel.  

Plus d’appropriation et de hiérarchisation dans la mise en œuvre de l’accord

Mais le Conseil de sécurité a cependant « vivement regretté » que plusieurs dispositions de l'Accord de paix visées au paragraphe 4 de la résolution 2423 n'aient pas encore été pleinement appliquées ou mises en œuvre, « malgré les appels répétés qu'il a lancés en ce sens ces derniers mois ».

Les dispositions manquantes ou en retard incluent l'adoption, après consultations adéquates, d'une législation portant création d'une police régionale territoriale ; l'intégration complète d'au moins 1000 membres des groupes armés signataires aux MDSF et le début de la réintégration socio-économique des membres non intégrés des groupes armés signataires avec l'appui des partenaires internationaux.

Elles comprennent également l'allocation des ressources humaines, techniques et financières nécessaires aux administrations intérimaires du Nord du Mali pour accomplir leur mission ; les progrès vers le développement socio-économique du Nord du pays, à travers l'adoption de la législation établissant la Zone de développement du Nord et une plus grande participation des femmes aux mécanismes établis par l'Accord pour appuyer et surveiller sa mise en œuvre.

Le Conseil a instamment demandé au gouvernement malien et aux groupes armés de la Plateforme et de la Coordination de continuer à accélérer la mise en œuvre de l'Accord, par « des mesures importantes, significatives et irréversibles à prendre d'urgence ».

Il a souligné la nécessité « d'une appropriation et d'une hiérarchisation accrues dans la mise en œuvre de l'Accord ». Dans cette perspective, il a encouragé l'adoption par les parties maliennes d'une « feuille de route révisée assortie d'un calendrier clair, réaliste et contraignant axé sur un nombre limité de priorités », notamment l'achèvement d'une réforme constitutionnelle à l'issue d'un processus ouvert et concerté, l'adoption d'un plan global pour le redéploiement effectif du MDSF reconstitué et réformé au Nord Mali, ainsi que la création de la zone Nord du développement.

Condamnation des violences intercommunautaires dans le centre du Mali

Le Conseil de sécurité s’est déclaré de plus en plus préoccupé par la situation sécuritaire dans le centre du Mali. Il a fermement condamné la poursuite des attaques, y compris les attaques terroristes, contre les civils, les représentants des institutions locales, régionales et étatiques, ainsi que les forces de sécurité nationales, internationales et des Nations Unies.

Le Conseil a fermement condamné la récente expansion des violences intercommunautaires, notamment l'horrible attentat perpétré dans le village d’Ogossagou le 23 mars, qui a fait plus de 160 victimes civiles.

Les membres du Conseil ont exhorté les autorités maliennes à faire en sorte que les responsables des violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire répondent de leurs actes et soient traduits en justice sans retard excessif. Ils ont également encouragé les autorités à poursuivre leurs efforts dans la mise en œuvre d'un plan global visant à rétablir la présence de l'Etat dans le centre du Mali, ainsi qu'à renforcer leurs actions pour rétablir des relations pacifiques entre communautés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : Guterres appelle tous les acteurs à redoubler d’efforts pour faire face aux multiples menaces

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé vendredi tous les acteurs nationaux, régionaux et internationaux à redoubler d’efforts pour faire face aux multiples menaces qui pèsent sur le Mali et la région du Sahel dans son ensemble.