Un bateau en plastique recyclé fait campagne contre la pollution par les plastiques dans les océans

17 février 2019

Après avoir parcouru 500 km de l'île kenyane de Lamu à l'île tanzanienne de Zanzibar, le tout premier voilier traditionnel au monde construit en plastique recyclé, le Flipflopi, a réussi à faire prendre conscience de la nécessité de surmonter l’un des plus grands défis environnementaux au monde : la pollution par les plastiques.

Le projet Flipflopi a été co-fondé par le voyagiste kenyan Ben Morison en 2016 et le bateau a été construit par des artisans et une équipe de bénévoles qui ont utilisé 10 tonnes de plastiques recyclés. Le bateau tire son nom des 30.000 tongs recyclées utilisées pour décorer sa coque multicolore.

La campagne pour des mers propres (Clean Seas) de l'agence des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) s'est associée à Flipflopi pour ce voyage le long de la côte est-africaine, qui a débuté le 23 janvier pour se terminer le 7 février, dans le but d'inciter les citoyens d'Afrique et du monde entier à prendre davantage conscience des dangers de la pollution plastique.

La campagne Clean Seas a été lancée en 2017 pour inciter les gouvernements, les entreprises et les citoyens à éliminer, d’ici 2022, deux sources majeures de déchets marins : les microplastiques dans les cosmétiques et les plastiques à usage unique.

@Flipflopi Project
Le Flipflopi, un bateau en plastique recyclé.

Huit millions de tonnes de plastiques dans les océans chaque année

Chaque année, plus de 8 millions des tonnes de plastiques finissent dans les océans, ravageant la faune marine, la pêche et le tourisme et causant des dégâts d'au moins 8 milliards de dollars aux écosystèmes marins. Jusqu'à 80% des déchets dans les océans sont en plastique.

Au cours de son voyage, le Flipflopi a fait plusieurs escales pour informer les habitants de la région de ce qu'ils pouvaient faire pour enrayer la propagation des déchets plastiques toxiques, notamment dans les villes côtières de Kipini, Malindi et Mombasa, au Kenya.

Des ateliers ont été organisés pour permettre aux membres des communautés locales de mieux comprendre les conséquences du déversement de déchets plastiques dans l'océan et de montrer aux enfants comment créer de nouveaux objets utiles à partir de bouteilles en plastique qui ont été jetées.

Au cours du voyage du Flipflopi, des engagements en matière de lutte contre la pollution ont été annoncés à chaque escale. L’un des plus importants est l’engagement pris de fermer le site d’enfouissement de Kibarani à Mombasa, qui laisse une eau toxique s’écouler directement dans l’océan. Kibarani est en train d'être restauré et planté d'arbres. Les déchets seront éliminés sur un nouveau site de manière plus respectueuse de l'environnement.

Un autre résultat positif de la campagne a été la décision de 29 entreprises, dont 22 hôtels, de réduire leurs déchets plastiques grâce à des mesures telles que l'interdiction d'utiliser des bouteilles et des pailles en plastique.

Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre des efforts du Kenya pour devenir un pionnier mondial de la lutte contre la pollution par les plastiques. En août 2017, le pays a instauré l'interdiction la plus sévère au monde en matière de sacs en plastique. Quiconque produisant, vendant ou utilisant un sac en plastique risque une peine de prison pouvant aller jusqu'à quatre ans ou une amende de 40.000 dollars.

La prochaine étape pour le Flipflopi sera un voyage dans la capitale kényane, Nairobi, où chefs d’État, ministres de l’Environnement, activistes de l’environnement, innovateurs, ONG et PDG d’entreprises multinationales se réuniront pour la quatrième Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement du 11 au 15 mars 2019.

Aidez-nous à connaître votre opinion sur ONU Info et à répondre à vos besoins : prenez 4 minutes pour répondre à notre sondage!

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Présidente de l'Assemblée générale lance une nouvelle initiative visant à éliminer les plastiques dans les océans

La Présidente de l'Assemblée générale des Nations Unies, Maria Fernanda Espinosa, a lancé mardi un nouvel appel mondial à l'action afin de mettre fin au fléau de la pollution par les plastiques dans les océans.