Mali : l’ONU appelle à maintenir l’élan dans la mise en œuvre de l’accord de paix  

16 janvier 2019

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali, la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux opérations de paix, Bintou Keita, s’est dit « particulièrement encouragée » par la dynamique constructive qui semble aujourd'hui dominer les relations entre les parties prenantes dans ce pays.

Mme Keita a déclaré avoir pu constater cela le mois dernier lors d'une visite conjointe au Mali avec le Sous-Secrétaire général des Nations Unies chargé de l’appui à la consolidation de la paix, Oscar Fernandez-Taranco.

« De l’avis général, depuis la tenue de l’élection présidentielle en juillet et août derniers, un accent plus marqué a été constaté dans le cadre de cette mise en œuvre de l’accord », a déclaré Bintou Keita, précisant que la visite avait eu pour objectif de prendre la mesure des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015.

Selon la Sous-Secrétaire générale, la détermination des parties signataires s’est illustrée, notamment, par la création en septembre d’un ministère chargé du suivi de la mise en œuvre de l’accord, par la signature en octobre du pacte pour la paix, et par le rythme plus soutenu des réunions du Comité de suivi de l’accord au cours des derniers mois.

Bintou Keita a affirmé qu’il était « trop tôt pour évaluer de manière complète l’impact des sanctions prises par le Conseil de sécurité en décembre contre trois personnes qui entravent la mise en œuvre de l’accord de paix ». 

Elle a cependant souligné que les parties ont pleine conscience du sentiment de frustration du Conseil et de son impatience vis-à-vis des retards persistants dans la mise en œuvre de l’accord.

Par le biais des entretiens avec les parties, elle a pu constater que la Mission de paix des Nations Unies dans le pays (MINUSMA) « continue d’être perçue comme jouant un rôle politique essentiel, œuvrant avec toutes les parties pour accélérer la mise en œuvre de l’accord ». 

MINUSMA/Photo Marco Dormino
Un jeune garçon malien attend en marge de la visite de la Sous-Secrétaire générale aux opérations de paix, Bintou Keita, et d'Oscar Fernandez-Taranco, le Sous-Secrétaire général à la consolidation de la paix.

Des avancées dans la mise en œuvre de l’accord de paix

La Sous-Secrétaire générale a ensuite déclaré que les avancées soulignées dans le dernier rapport du Secrétaire général portent sur des questions centrales au processus de paix notamment les réformes institutionnelles envisagées par l’accord de paix.

« La reconstitution et la réforme des forces de défense et de sécurité demeurent un élément essentiel pour asseoir une paix durable au Mali », a affirmé Bintou Keita, ajoutant que « le lancement en novembre d’un processus de démobilisation, désarmement et réintégration accéléré constitue un premier pas concret dans cette direction »

Sur le plan des réformes institutionnelles visant à renforcer la décentralisation, elle a salué l’organisation en novembre de consultations sur le découpage administratif comme une première étape dans la conduite de la réforme territoriale. 

« Le dialogue doit se poursuivre en vue d’obtenir un consensus sur ces réformes », a-t-elle dit avant d’inviter le gouvernement et la classe politique issue de l’opposition et de la majorité à poursuivre leurs efforts en vue d’assurer plus d’inclusivité dans ces discussions.

En matière de réconciliation nationale, face au report par l’Assemblée nationale des discussions sur la loi d’entente nationale pour permettre plus d’inclusion, Mme Keita a exhorté les parties à poursuivre les efforts en soutien au processus de réconciliation, indispensable pour concrétiser la vision d’un Mali uni, ancré solidement sur le chemin de la paix.

MINUSMA/Gema Cortes
Des soldats de la paix sénégalais mènent une vaste opération pour sécuriser le cercle de Koro, dans la région centrale de Mopti au Mali.

Montée significative des violences dans le centre du pays

Mme Keita a fait part de sa grave préoccupation concernant la situation sécuritaire dans le centre du pays, et plus précisément à Gao et à Mopti.

Elle a noté l’utilisation croissante d’engins explosifs improvisés en particulier dans cette région du pays ainsi que l’intensification de l’instrumentalisation des tensions intercommunautaires par les groupes extrémistes armés.

La MINUSMA et le Service de la lutte antimines de l’ONU continuent de soutenir les autorités maliennes en matière de conseils, de formation et d’équipements spécialisés pour atténuer les risques posés par cette menace. La Mission a également renforcé son soutien au gouvernement pour répondre à l'évolution rapide de la situation et pour protéger les civils.

« La détérioration de la situation a fait augmenter le nombre des personnes déplacées de 75% en décembre 2018 par rapport à juin 2018 » a affirmé la Sous-Secrétaire générale aux opérations de paix, ajoutant que la situation humanitaire au Mali « reste grave » avec 2,3 millions de personnes vulnérables et plus de 800 écoles fermées en raison de l’insécurité. 

Mme Keita a réitéré l’appel du Secrétaire général aux acteurs nationaux, régionaux et internationaux à redoubler leurs efforts pour répondre aux menaces multiples au Mali et dans la région du Sahel, et en particulier, à prendre toutes les mesures nécessaires afin que les forces conjointes du G5 Sahel puissent reprendre le plus rapidement possible leurs opérations. 

Photo : MINUSMA/Harandane Dicko
Le QG du G5 Sahel détruit par un attentat terroriste le 29 juin 2018 à Mopti, au Mali.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : l’ONU condamne une attaque meurtrière contre un village peul dans la région de Mopti

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a condamné mercredi une attaque meurtrière contre un village peul dans la région de Mopti, au centre du pays.