République centrafricaine : un Casque bleu tué et huit autres blessés à la suite d’une embuscade

17 mai 2018

Un Casque bleu de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a été tué et huit autres blessés ce jeudi dans une attaque par des membres présumés anti-Balaka contre un convoi escorté par la MINUSCA dans le sud-est du pays, a annoncé la Mission.

L’attaque a eu lieu à 28 km au sud d’Alindao, sud du pays. L’incident est survenu alors que les soldats de la paix, tous appartenant au contingent mauritanien, escortaient un convoi logistique de la MINUSCA en provenance de Kongbo à destination d’Alindao, deux localités de la préfecture de la Basse-Kotto.

« La Mission a procédé à l’évacuation des huit blessés, dont cinq se trouvent dans un état grave », a précisé la MINUSCA.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné l’attaque de jeudi et a présenté ses plus sincères condoléances à la famille du Casque bleu tué, ainsi qu'au gouvernement de Mauritanie. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

« Le Secrétaire général rappelle que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités centrafricaines à enquêter sur ces cas et à traduire rapidement les responsables en justice », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse. « Le Secrétaire général réitère la détermination de la MINUSCA à protéger les civils et à contribuer à la stabilisation de la République centrafricaine ».

Le Conseil de sécurité de l’ONU a également fermement condamné l’attaque. Dans une déclaration à la presse publiée jeudi soir, les membres du Conseil ont présenté leurs condoléances et leur sympathie à la famille du Casque bleu tué et ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés. 

Pour sa part, le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga, a dénoncé un « acte lâche ».

« Cette violence aveugle est inadmissible. Pourquoi s’attaquer à des Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n’a d’autres objectifs que d’aider le pays à sortir de l’engrenage de la violence et contribuer au retour d’une paix et d’une stabilité durables en République centrafricaine ? », a-t-il demandé dans un communiqué de presse. « Tout sera mis en œuvre pour arrêter les auteurs de cette embuscade afin qu’ils répondent de leurs actes devant la justice ».

La mort de ce Casque bleu porte à trois le nombre de soldats de la paix de la MINUSCA tués depuis le début de 2018. Dans la même période, plus d’une quarantaine de soldats de la paix ont été blessés.

La République centrafricaine est confrontée depuis plusieurs années à une forte instabilité en raison des affrontements entre la coalition rebelle majoritairement musulmane Séléka et la milice chrétienne anti-Balaka.

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le monde ne doit pas oublier les enfants de la République centrafricaine (UNICEF)

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a appelé à soutenir d’urgence la protection des enfants en République centrafricaine (RCA), ces derniers étant confrontés à de nouvelles vagues de violence.