L’OMM appelle à se préparer aux aléas météorologiques et climatiques

23 mars 2018

Face aux aléas météorologiques, climatiques et hydrologiques, il est nécessaire de mieux se préparer, a déclaré vendredi l’Organisation météorologique mondiale (OMM) l’occasion de la Journée météorologique mondiale célébrée chaque année le 23 mars.

Le thème de cette Journée cette année est intitulé : « Temps et climat : prêts, parés! » pour mettre en avant le rôle central que jouent les Services météorologiques nationaux dans la prise de décisions aussi variées que prendre ou non son parapluie, chercher un abri ou quitter les lieux lors d’une violente tempête, choisir le moment des semailles et des moissons, ou planifier l’infrastructure urbaine et la gestion de l’eau des décennies à l’avance.

« Aujourd’hui plus que jamais, nous devons être prêts à faire face aux aléas météorologiques, climatiques et hydrologiques », a dit le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué de presse.

« En effet, la population mondiale en constante augmentation affronte toute une série de dangers, comme les cyclones tropicaux, les ondes de tempête, les fortes pluies, les vagues de chaleur, les sécheresses et bien d’autres. Sous l’effet des changements climatiques à long terme, les phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes sont plus fréquents et plus intenses, le niveau de la mer monte et les océans s’acidifient. Avec l’urbanisation et l’expansion des mégapoles, de plus en plus de personnes sont exposées et vulnérables », a-t-il ajouté.

Le chef de l’OMM a souligné que l’année 2018 avait commencé comme l’année 2017 s’est terminée – avec des phénomènes extrêmes meurtriers et destructeurs. L’Arctique a connu des températures inhabituellement élevées, tandis que les zones densément peuplées de l’hémisphère Nord ont été balayées par un froid glacial et des tempêtes hivernales.

« Certaines régions de l’Australie et de l’Argentine ont souffert de vagues de chaleur extrêmes. La sécheresse continue de sévir en Somalie, et dans la ville du Cap, en Afrique du Sud, les pénuries d'eau sont critiques », a précisé M. Taalas.

La saison des ouragans 2017 a été la plus coûteuse de l’histoire des États-Unis. Dans les petites îles des Caraïbes, comme la Dominique, elle a anéanti des décennies de progrès en matière de développement. Les inondations ont entraîné le déplacement de millions de personnes dans le sous-continent asiatique, tandis que la sécheresse aggravait la pauvreté et la pression migratoire dans la Corne de l’Afrique.

2017 a bien été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.

Systèmes d'alerte précoce multidangers

L’une des grandes priorités de l’OMM et des Services météorologiques et hydrologiques nationaux est de protéger les personnes, les biens et les moyens de subsistance des risques associés aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques.

La réduction spectaculaire du nombre de victimes causées par les phénomènes météorologiques extrêmes ces 30 dernières années est en grande partie due au net accroissement de la fiabilité des prévisions et des alertes et à une meilleure coordination avec les autorités chargées de la gestion des catastrophes. Grâce aux avancées de la prévision numérique du temps, une prévision à 5 jours est aussi fiable que l'était une prévision à 2 jours il y a 20 ans.

« Toutefois, on ne veut plus seulement savoir ce que SERA le temps mais, et de plus en plus, ce qu’il FERA. L’OMM œuvre donc, en collaboration avec les Services météorologiques et hydrologiques nationaux du monde entier, à mettre en place un système d'alerte multi-dangers normalisé au plan international », a déclaré M. Taalas.

Pour que les systèmes d'alerte précoce soient performants, ils doivent s'adresser aux personnes et communautés exposées à tout un éventail de dangers, faciliter l'éducation et la sensibilisation du public aux risques, diffuser efficacement des messages et des alertes et garantir que les personnes concernées soient toujours prêtes et puissent agir rapidement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les incidents climatiques n’ont jamais coûté aussi cher, selon l’OMM

L’année 2017 a été la plus coûteuse jamais observée en ce qui concerne les incidents météorologiques et climatiques extrêmes. Et la situation ne s’arrange pas : « 2018 a débuté par des situations désastreuses » dans ce domaine, a affirmé jeudi l’ONU à Genève.