L'ONU salue un accord politique en Somalie prévoyant un Etat fédéral

L'ONU salue un accord politique en Somalie prévoyant un Etat fédéral

Une rue dans la capitale somalienne Mogadiscio.
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a félicité l'ensemble des parties prenantes somaliennes qui sont arrivées à un accord politique crucial le 17 février lors de la Conférence constitutionnelle Garowe II, organisée à Garowe, dans la région du Puntland.

« Cet accord établit des échéances claires pour mettre fin à la transition et instaurer un ordre constitutionnel dans le cadre d'une nouvelle Somalie fédérale », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse publiée ce weekend.

« Le Secrétaire général applaudit l'esprit d'unité et d'engagement affiché par les signataires de la feuille de route ainsi que par les représentants des zones récemment reprises aux Al-Shebaab qui ont participé à la Conférence Garowe II. Il salue particulièrement l'inclusion d'un minimum de 30% de femmes dans la Commission électorale indépendante, l'Assemblée constituante et le nouveau Parlement fédéral », a-t-il ajouté. « Le Secrétaire général félicite aussi son Représentant spécial pour la Somalie et son équipe pour avoir travaillé étroitement avec les parties prenantes somaliennes afin de garantir le succès de cette conférence. »

Selon son porte-parole, Ban Ki-moon attend avec impatience la mise en œuvre complète et dans les temps des engagements pris. Les Nations Unies se tiennent prêtes à fournir un soutien à leur mise en œuvre.

« Le Secrétaire général attend avec impatience de discuter comment la communauté internationale peut soutenir ces accords lors de la Conférence de Londres sur la Somalie » qui est prévue le 23 février, a précisé le porte-parole.

Selon la presse, l'accord prévoit que la Somalie deviendra un Etat fédéral où les régions semi-autonomes du Puntland et du Galmudug seront reconnues en tant qu'Etat à part entière. Le Somaliland, qui s'est autoproclamé indépendant, n'a pas participé à la réunion. Les milices Al-Shebaab ont de leur côté promis de combattre les futures institutions.