Bahreïn : l'ONU s'inquiète de heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Bahreïn : l'ONU s'inquiète de heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Des manifestants à Bahreïn.
Alors que le soulèvement populaire contre le régime au pouvoir à Bahreïn a commencé il y a un an, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit mercredi préoccupé par les informations faisant état d'affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants au cours des derniers jours.

« Il appelle toutes les parties à exercer le maximum de retenue et attend des autorités bahreinis qu'elles agissent conformément à leurs obligations internationales en matière de droits de l'homme », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général pense vraiment qu'un dialogue authentique, ouvert à tous et substantiel qui réponde aux aspirations légitimes de tous les Bahreïnis est le moyen de promouvoir la paix et la stabilité dans le pays », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a réitéré son appel aux autorités bahreïnis pour qu'elles fassent « tout leur possible afin d'accélérer la mise en œuvre des recommandations de la Commission d'enquête indépendante de Bahreïn, notamment ses dispositions visant à développer des mesures de confiance efficaces. »

Selon la presse, des heurts ont opposé dans la nuit de mardi à mercredi des manifestants aux forces de sécurité dans les villages chiites entourant la capitale, Manama, après une journée de mobilisation pour le premier anniversaire du soulèvement contre la monarchie sunnite. Mardi, les forces antiémeutes avaient violemment réprimé des manifestants chiites qui avaient tenté de s'approcher de la place de la Perle, à Manama, symbole du mouvement de contestation.