HCR : en deux semaines, le Kenya a vu arriver 20.000 réfugiés somaliens

HCR : en deux semaines, le Kenya a vu arriver 20.000 réfugiés somaliens

Une fillette réfugiée dans un des camps surpeuplés à Dadaab, au Kenya.
Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré vendredi alarmé par l'augmentation spectaculaire des arrivées de nouveaux réfugiés depuis la Somalie vers le Kenya.

« Ces deux dernières semaines, le complexe de réfugiés de Dadaab dans le nord du Kenya a reçu plus de 20.000 réfugiés somaliens. Les nouveaux arrivants sont principalement des agriculteurs et des éleveurs de bétail originaires de la région de Lower Juba et de la ville de Dhobley », a dit une porte-parole du HCR Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

En 2010, Dadaab a reçu en moyenne entre 6.000 et 8.000 Somaliens chaque mois. Cette année, la moyenne mensuelle est passée à 10.000 réfugiés, avec plus de 55.000 nouvelles arrivées depuis le début de l'année. Environ 1.300 personnes par jour sont arrivées ces deux dernières semaines.

La condition physique de ces personnes est particulièrement préoccupante. Un grand nombre de familles ont marché pendant plusieurs jours. Elles sont épuisées et tenaillées par la faim et la soif.

Le HCR travaille avec les autorités kényanes et d'autres organisations humanitaires pour répondre à cette toute dernière crise, et à une malnutrition accrue parmi les nouveaux arrivants. « Nous avons décentralisé le centre de réception et le dispensaire dans les trois camps de réfugiés à Dadaab. Les nouveaux réfugiés ont reçu des biscuits à forte teneur énergétique dès leur arrivée. Des rations supplémentaires d'aide alimentaire et d'autres formes d'assistance sont également fournies après l'enregistrement. Avec nos partenaires, nous travaillons 24h/24 pour enregistrer les personnes afin qu'elles aient accès rapidement à l'assistance », a dit la porte-parole.

Le surpeuplement dans le complexe de Dadaab rajoute encore des difficultés. Ce mois-ci, la population du camp a dépassé le chiffre de 360.000 personnes. Dadaab est le plus grand camp de réfugiés au monde, sa taille est semblable à des villes européennes comme Nice, Florence ou Bilbao.

Depuis 2008, le HCR ne peut plus fournir des parcelles de terrain où les réfugiés nouvellement arrivés peuvent s'installer, à cause du manque d'espace. De ce fait, de plus en plus de réfugiés s'établissent hors du camp. « Nous nous félicitons d'une récente déclaration des autorités kényanes demandant aux agences gouvernementales de procéder rapidement à la décongestion des camps surpeuplés de Dadaab alors qu'un nouveau site, Ifo, est désormais prêt à recevoir des réfugiés », a dit la porte-parole.

Actuellement, plus de 50.000 réfugiés, pour la plupart des femmes et des enfants, vivent dans des zones sans structure et en partie inondables durant la saison des pluies. Alors que le HCR et ses partenaires fournissent des tentes, des latrines et de l'eau, beaucoup de réfugiés continuent d'avoir un accès limité aux services humanitaires de base et ils ont besoin de marcher de grandes distances pour recevoir de l'aide.

Le conflit en Somalie a causé la mort de milliers de personnes et a généré un déplacement de population massif. On compte plus de 750.000 réfugiés somaliens qui vivent dans la région, la plupart au Kenya voisin (394.000), au Yémen (187.000) et en Ethiopie (110.000). Par ailleurs, 1,46 million de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Somalie. Le complexe des camps de réfugiés de Dadaab, prévu pour héberger environ 90.000 réfugiés, a été établi en 1991 et 1992 suite à la chute du gouvernement de Siad Barré en Somalie.