Soudan : l'ONU condamne l'attaque contre un convoi à Abyei

Des casques bleus au Soudan en patrouille dans la région d'Abyei.
Des casques bleus au Soudan en patrouille dans la région d'Abyei.

Soudan : l'ONU condamne l'attaque contre un convoi à Abyei

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) ont vivement condamné vendredi l'attaque contre un de ses convois jeudi 19 mai à Abyei, une région qui doit décider par référendum si elle veut être rattachée au Nord ou au Sud-Soudan.

L'incident a eu lieu aux alentours de 18h30 à Dokura, une zone contrôlée par les services de police sud-soudanais, à environ 10 kilomètres au nord de la ville d'Abyei.

« Au moment de l'attaque, le convoi transportait 200 soldats des Unités intégrées conjointes des forces armées soudanaises vers leur position désignée, dans le cadre du plan de déploiement des Accords de Kadugli sur lesquels toutes les parties s'étaient mises d'accord », a souligné la MINUS dans un communiqué.

« Cet acte constitue une violation sérieuse des accords précédents entre les deux parties. Il s'agit également d'une attaque criminelle contre l'ONU », a affirmé le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration. «Le Secrétaire général appelle toutes les parties à enquêter immédiatement sur cet incident et à garantir que ceux qui sont responsables soient traduits en justice », a-t-il ajouté.

« Le Secrétaire général est très préoccupé au sujet des informations faisant état d'une augmentation des mouvements de troupes à Abyei le 20 mai 2011. Il appelle toutes les parties à apaiser les tensions, à mettre en œuvre l'Accord de Kadugli et à retirer immédiatement toutes les forces non autorisées de la zone d'Abyei », a-t-il encore dit.

« Nous rappelons aux parties leur responsabilité de protéger les civils dans la zone. La MINUS reste prête à continuer à assister les parties dans la mise en œuvre de l'Accord de Kadugli et les appelle à faire tout leur possible pour poursuivre la mise en œuvre de cet accord et d'éviter toute action qui pourrait la faire dérailler », a dit pour sa part la MINUS.

Mi-mai, le Conseil de sécurité avait exprimé son inquiétude sur la situation dans la région d'Abyei, en proie à de violents affrontements depuis plusieurs mois. Les membres du Conseil ont condamné toute action portant atteinte à l'Accord de paix global qui a mis fin en 2005 à la guerre civile entre le Nord et le Sud du Soudan.

Cet accord prévoyait l'organisation à Abyei en janvier d'un référendum d'autodétermination, en même temps que celui sur l'autodétermination du Sud-Soudan. Faute d'accord sur la composition d'une commission électorale, le scrutin avait été reporté. Le Sud-Soudan de son côté a voté massivement pour la sécession.