Côte d'Ivoire : pont aérien et convoi routier du HCR pour l'aide aux déplacés

Côte d'Ivoire : pont aérien et convoi routier du HCR pour l'aide aux déplacés

Des personnes déplacées à la mission catholique à Duékoué, en Côte d'Ivoire.
Pour venir en aide aux quelques 31.000 Ivoiriens déplacés internes recensés dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a envoyé ce mardi de Liège, en Belgique, un avion-cargo avec à son bord 2450 tentes, et d'Acra, au Ghana, un convoi routier transportant 93 tonnes de matériel de secours.

Pour venir en aide aux quelques 31.000 Ivoiriens déplacés internes recensés dans l'ouest du pays, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a envoyé ce mardi de Liège, en Belgique, un avion-cargo avec à son bord 2450 tentes, et d'Acra, au Ghana, un convoi routier transportant 93 tonnes de matériel de secours.

« Il est urgent de répondre aux besoins des déplacés internes dans l'ouest de la Côte d'Ivoire. Les tentes distribuées fourniront un abri pour une population allant jusqu'à 12.000 personnes. Le convoi routier achemine des milliers de couvertures, de matelas, de moustiquaires, de batteries d'ustensiles de cuisine et d'autres articles de première nécessité », a précisé un porte-parole de l'agence onusienne, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

Les équipes du HCR déployées dans l'ouest de la Côte d'Ivoire ont déjà enregistré près de 31.000 personnes déplacées internes, la plupart dans le district de Duékoué où quelque 22.000 personnes sont hébergées dans les locaux de missions religieuses, dans des installations spontanées et dans des villages environnants.

« Nous travaillons étroitement avec les autorités pour identifier un site aux alentours de Duékoué où nous pourrions établir un camp pour héberger ces déplacés », a ajouté Andrej Mahecic.

L'enregistrement des déplacés internes est assuré conjointement par le HCR, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l'Organisation internationale des migrations (OIM). Il devrait s'achever d'ici la fin de cette semaine, permettant ainsi au HCR et à ses partenaires de mieux définir le profil des déplacés et leurs besoins.

L'agence onusienne a indiqué que des déplacés se trouvaient également dans les districts de Man, Danané, Binhouye, Zouhanhouin et Guiglo - la plupart d'entre eux hébergés par des proches, dans des écoles ou des églises-, ainsi que dans plusieurs villages situés le long de la frontière avec le Libéria.

« La plupart des déplacés qui se trouvent dans l'ouest du pays ont été déracinés de leurs villages début janvier, à cause des tensions ethniques et des violences qui ont suivi les élections présidentielles de novembre dernier », a encore ajouté Andrej Mahecic, avant de rappeler que la Côte d'Ivoire hébergeait également quelque 26.000 réfugiés libériens, dont certains regagnent leurs pays parce qu'ils se sentent menacés par l'instabilité en Côte d'Ivoire.