Côte d'Ivoire : Ban Ki-moon réaffirme la position inébranlable des Nations Unies

Côte d'Ivoire : Ban Ki-moon réaffirme la position inébranlable des Nations Unies

media:entermedia_image:08b1c84d-86db-4faa-83d8-cfb6bc3b6127
Le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a réaffirmé la position « de principe inébranlable » de l'ONU, selon laquelle les résultats de la récente élection présidentielle en Côte d'Ivoire reflète la volonté du peuple et doivent être acceptés par toutes les parties.

Dans une conversation téléphonique avec le Président élu, Alassane Ouattara, samedi, il a rappelé que la communauté internationale avait reconnu sa victoire et restait engagée à rechercher « une issue pacifique et durable à l'impasse politique » dans laquelle se trouve le pays. Il a également salué « la retenue et la patience, même face à des actes de provocation », dont ont fait part les partisans d’Alassane Ouattara.

La Côte d'Ivoire est plongée dans une crise politique depuis le refus du Président sortant Laurent Gbagbo de concéder sa défaite et de reconnaître celle de son adversaire, Alassane Ouattara, après le second tour de l'élection présidentielle qui s'est tenue le 28 novembre.

Au cours de la conversation téléphonique, le Secrétaire général a également salué la gratitude exprimée par Alassane Ouattara, pour le soutien et la position de principe de l'ONU, notamment celle de son Représentant spécial en Côte d’Ivoire, YJ Choi, et du commandant des forces de la Mission dans le pays (ONUCI), le Général Abdul Hafiz.

« Le Secrétaire général a déclaré au Président Ouattara qu'il était alarmé par les rapports faisant état de violations graves des droits de l'homme. Il lui a redit que l'ONUCI avait été chargée de faire tout son possible pour accéder aux lieux où ces violations ont été indiquées, pour enquêter sur celles-ci afin que les responsables rendent des comptes», a encore précisé son porte-parole dans un communiqué.

Ban Ki-moon a finalement pris note de la requête du Président Ouattara exprimée lors de leur conversation, appelant à l'ouverture rapide d'une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) pour envoyer un signal crédible contre l'impunité.