Encore beaucoup à faire pour améliorer les droits de l'homme à l'est du Tchad

Encore beaucoup à faire pour améliorer les droits de l'homme à l'est du Tchad

media:entermedia_image:b0822ed4-8905-4c39-b1c2-19966ae1ab9c
Après plusieurs années de conflit, l'est du Tchad fait toujours face à d'importants défis en matière de droits de l'homme, notamment pour ce qui a trait à l'accès à la justice, à la lutte contre l'impunité mais aussi contre la violence sexuelle et les discriminations basées sur le genre, a souligné vendredi la Représentante spéciale adjointe de l'ONU au Tchad, Rima Salah, à l'occasion de la publication d'un nouveau rapport sur la situation des droits de l'homme dans cette région.

En collaboration avec le Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) a rédigé ce rapport qui fait le point sur la situation des droits de l'homme d'avril 2008 à novembre 2010.

Tout en reconnaissant les efforts déployés par le gouvernement tchadien pour lutter contre les violations des droits de l'homme, le rapport met en lumière les principaux défis auxquels il doit faire face, notamment les problèmes liés à l'administration de la justice, aux violences sexuelles, aux recrutements d'enfants par des groupes armés et aux conditions de détention dans les centres pénitenciers.

Le document présente un certain nombre de recommandations adressées au gouvernement tchadien pour consolider les acquis de ces dernières années et poursuivre les actions favorables à une meilleure promotion et protection des droits de l'homme.

« Nous recommandons de poursuivre les efforts en cours pour faire respecter l'état de droit et s'assurer que les auteurs de violations des droits de l'homme répondent de leurs actes et soient déférés devant la justice », a indiqué de son côté le Représentant du Haut commissariat aux droits de l'homme au Tchad et Responsable des droits de l'homme au sein de la MINURCAT, Innocent Balemba Zahinda.

Le rapport invite également la communauté internationale à continuer d'appuyer la mise en œuvre du Plan d'Action national sur les droits de l'homme et la société civile mis en place par les autorités de Ndjamena dans l'est du Tchad.