Népal : L'ONU salue un jugement important dans une affaire de disparition

Népal : L'ONU salue un jugement important dans une affaire de disparition

media:entermedia_image:c232c097-4729-471d-a52a-cfae138aa447
L'ONU au Népal a salué jeudi une décision de la Cour suprême qui ordonne à la police nationale d'enquêter sur la disparition de cinq étudiants dans le district de Dhanusha, en octobre 2003.

La police du Népal avait refusé d'enregistrer les requêtes d'investigation qui nommaient des responsables civils, des policiers et des militaires gradés et citaient une fosse commune découverte il y a plus de deux ans, selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) au Népal.

« La police népalaise n'a toujours pas requis d'assistance en matière d'expertise médico-légale pour mener des exhumations », affirme un communiqué.

Le HCDH et la Commission nationale des droits de l'homme népalais ont suivi le dossier de près. En janvier 2008, la Commission a recommandé une enquête approfondie et l'attribution d'une compensation aux familles.

Si la Cour suprême a déjà pris d'importantes décisions en matière des droits de l'homme, la plupart n'ont pas été appliquées et aucun auteur n'a été traduit en justice.

La Cour suprême a notamment décidé en juin 2007 que le gouvernement devait enquêter et poursuivre les individus auteur de disparitions forcées.

« Les récentes décisions de la Cour soulignent le besoin urgent de remédier au manque de responsabilité et de mettre fin à la culture de l'impunité au Népal », selon Jyoti Snghera, représentant adjoint du HCDH dans le pays.