Darfour : situation en détérioration pour les civils et les humanitaires – Holmes

6 décembre 2007

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, John Holmes a tiré la sonnette d&#39alarme aujourd&#39hui devant le Conseil de sécurité sur les conditions de travail des 13.000 travailleurs humanitaires sur le terrain, qui reflète la condition de plus en difficile des civils.

« Aujourd'hui, 13.000 travailleurs humanitaires opèrent au Darfour pour venir en aide à quelque 4,2 millions de personnes touchées par le conflit, dont 2,4 millions de personnes déplacées. La situation continue de se détériorer, a déclaré John Holmes lors d'une séance du Conseil de sécurité.

John Holmes a rappelé que l'objet de sa visite était la mise en ?uvre du Communiqué conjoint sur la facilitation de l'assistance humanitaire signé en mars dernier (dépêche du 29.03.2007 et dépêche du 6.09.2007).

Il s'est déclaré préoccupé par les restrictions de mouvement, la violence contre les civils et le personnel humanitaire et le manque de respect des principes humanitaires par toutes les parties au conflit.

Des problèmes persistent aussi pour ce qui est de l'octroi des visas d'entrée et de sortie pour les travailleurs humanitaires et du dédouanement du matériel humanitaire. John Holmes s'est donc félicité des assurances qu'il a reçues des autorités soudanaises concernant le renouvellement des procédures simplifiées qui expirent le 31 janvier 2008.

Cette année, près de 280.000 civils ont fui la violence vers des camps de personnes déplacées déjà surpeuplés. Le Secrétaire général adjoint s'est inquiété du refus des autorités nationales d'autoriser l'accès à certaines zones dont Adilla et Jebel Marra où des dizaines de milliers de civils ont besoin d'aide. L'accès aux camps situés près de Nyala dans le Sud-Darfour a parfois été limité, a-t-il encore dénoncé.

Les attaques contre le personnel humanitaire continuent à un niveau sans précédent. Leurs responsables sont souvent difficiles à identifier mais il semble qu'ils appartiennent principalement aux groupes rebelles et aux éléments du SLA-Minni Minawi.

Pendant ses entretiens avec le gouvernement, le Secrétaire général adjoint s'est souvent entendu dire que certains agents humanitaires s'adonnent à des activités inappropriées. Il a dû souligner que la défense des droits des civils et du respect du droit international humanitaire est un élément fondamental de l'action humanitaire. Il a demandé au gouvernement d'utiliser le Comité de haut niveau comme un forum pour discuter des préoccupations plutôt que de recourir à des actions unilatérales comme l'expulsion du Chef du bureau d'OCHA dans le sud-Darfour.

Le retour et la réinstallation des personnes déplacées est un problème très sensible, a-t-il reconnu, en indiquant que certains retours volontaires ont eu lieu mais que les conditions nécessaires à un retour massif n'existe pas encore. Un autre problème clef est la présence d'armes dans certains camps, a-t-il ajouté, en se félicitant des discussions constructives entre le gouvernement du Sud-Soudan et la Mission de l'Union africaine pour s'attaquer à ce problème.

Le Secrétaire général adjoint a annoncé que le Plan de travail 2008 pour le Soudan se chiffrera à 825 millions de dollars pour les besoins humanitaires et les activités de reconstruction au Darfour. John Holmes a rappelé que même s'il ne s'était pas déplacé à Juba lors de sa mission, il y avait des opérations humanitaires significatives dans le Sud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.