AIEA : la centrale nucléaire japonaise moins touchée que prévu par le tremblement de terre

AIEA : la centrale nucléaire japonaise moins touchée que prévu par le tremblement de terre

media:entermedia_image:9bdb0530-d993-4250-bd68-4350328ea910
L&#39Agence internationale de l&#39énergie atomique (AIEA) annonce aujourd&#39hui que les dégâts occasionnés par le tremblement de terre du mois dernier à la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa seraient « moins importants que prévus ».

« Les résultats de la mission de l'AIEA et les analyses japonaises de l'incident fournissent des enseignements, positifs comme négatifs, qui seront applicables à d'autres centrales nucléaires dans le monde », a déclaré hier le Directeur général, Mohamed ElBaradei, dans un communiqué publié à Vienne.

Au terme de l'inspection réalisée par une équipe de six experts, l'AIEA a déclaré que les dégâts étaient moins importants que prévus et que la quantité de radioactivité qui s'était libérée se situait bien en-dessous des limites autorisées pour protéger la santé publique et l'environnement, indique le communiqué.

« Si l'intensité du séisme a dépassé le niveau de tolérance des structures de la centrale, la 'marge de sécurité' additionnelle respectée dans tous les aspects de la construction a permis que l'impact ait été moindre ».

L'AIEA souligne qu'il est essentiel de poursuivre l'analyse technique qui permettra de comprendre quels éléments ont joué dans la résistance au séisme.

Cependant, l'équipe a ajouté qu'avec l'impact du tremblement de terre, certains composants de la centrale pourraient être défaillants à long-terme.

Les experts ont recommandé une analyse additionnelle de l'ingénierie de ces composants afin de décider de leur éventuel remplacement plus rapidement que prévu.

D'autres inspections du réacteur nucléaire sont nécessaires, a recommandé l'AIEA.

Les questions relatives à la sécurité des centrales nucléaires sont régulièrement communiquées aux différents sites afin de les faire bénéficier des enseignements retenus. Le Japon aura l'occasion de faire connaître l'expérience de Kashiwazaki-Kariwa lors de la Conférence générale de l'AIEA en septembre.