Liban : l'action humanitaire menacée par les mines et les engins non explosés

21 juillet 2006

Alors que la Force de l'ONU au Sud-Liban (FINUL) rapporte des difficultés à se ravitailler du fait de la poursuite des bombardements, le responsable du déminage des Nations Unies a prévenu aujourd'hui que les engins non explosés ainsi que les mines héritées des conflits armés au Liban, vont poser une menace directe aux personnes déplacées et aux travailleurs humanitaires.

Ces engins explosifs risquent « d'entraver les secours humanitaires et le mouvement des forces de maintien de la paix, ainsi que la reconstruction », a déclaré le directeur du Service d'action contre les mines, Max Gaylard

« Depuis 2002, près de 59.000 mines terrestres et 4.600 engins non explosés ont été retirés du Sud-Liban, permettant la reprise de l'agriculture dans des dizaines de communautés et le retour de milliers de personnes déplacées à l'intérieur du Liban », indique un communiqué du Service d'action contre les mines, au Département des opérations de maintien de la paix.

Mais « les combats actuels ont significativement augmenté la taille de la zone qu'il faudra déminer et les Nations Unies se préparent à informer le personnel humanitaire qui arrivera dans la zone une fois que les hostilités auront cessé », a déclaré Max Gaylard.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) indiquait aujourd'hui dans un communiqué publié à Naqoura, au Liban, que des bombardements intensifs se sont poursuivis le long de la Ligne bleue ces dernières 24 heures.

La Mission mentionne sept incidents au cours desquels des tirs sont parvenus à proximité des positions des Nations Unies, dont trois bombardements du côté israélien. Ces incidents n'ont pas fait de blessés mais ont causé des dommages matériels, indique la FINUL qui précise que sa position de Marun Al Ras, qui abrite 34 civils, a été touchée une nouvelle fois.

La FINUL a indiqué avoir été en mesure de procéder à un ravitaillement hier, mais « toutes les positions de l'ONU à proximité de la Ligne bleue rencontrent des difficultés d'accès aux produits de base ». Elle indique qu'il est « vital » qu'elle puisse procéder à leur ravitaillement. Ce dernier devait se poursuivre aujourd'hui.

La Mission a aussi fourni une escorte humanitaire à des civils de Naqoura à Tyr, au nord du Liban. « Des convois humanitaires sont prévus aujourd'hui, mais leur capacité à se déplacer dépendra de la situation sur le terrain », précise le communiqué.

En outre, une partie du personnel non-essentiel de la FINUL et leur famille ont été évacué sur un bateau en partance de Tyr pour Chypre.

Les 950 personnes à bord du bateau not été accueillis par la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP), indique un communiqué de la Mission paru aujourd'hui à Larnaca.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.